• Blog Stats

    • 274 682 hits
  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 1 252 autres abonnés

  • Mieux Notés

  • Catégories

  • Page Facebook

  • Profil LinkedIn

  • Je débute. Laissez-moi un commentaire ou un Like :)

Le célèbre Homme de Vitruve de Léonard de Vinci ne viendra pas en France

La Justice Italienne, saisie par l’association Italia Nostra,  a suspendu l’autorisation de sortie du territoire du célèbre dessin « L’homme de Vitruve » de Léonard de Vinci. D’autres œuvres du maître pourraient ne pas être présentées à Paris lors de l’exposition blockbuster qui doit ouvrir ses portes dans 13 jours au musée du Louvre.

uomo-vitruviano-di-leonardo-foto-wikipedia-commons

C’est une mauvaise nouvelle pour la France, qui s’était récemment accordée avec l’Italie pour les prêts croisés des œuvres de Léonard de Vinci au Louvre et de celles de Raphaël à la Scuderie del Quirinale en 2020. Décision du Ministre italien de la Culture, Dario Franceschini, contestée par l’association de défense du patrimoine Italia Nostra, qui s’est opposée à la sortie du territoire italien de ces œuvres, et principalement de l’Homme de Vitruve, illustre dessin à la plume conservé aux Gallerie dell’Accademia de Vénétie. L’extrême fragilité de l’œuvre insigne des collections italiennes n’est pas le seul argument avancé par l’association, qui a souligné également l’illégitimité de l’accord conclu, en déposant plainte pour violation de l’article 66, alinéa 2, du code italien des Biens culturels selon lequel « ne peuvent sortir de la République les biens qui constituent le fonds principal d’un département déterminé et organique d’un musée ».

La décision du tribunal administratif de Vénétie remet donc en cause l’accord d’échange entre les deux pays, en attendant la décision finale de la justice lors d’une audience prévue ce 16 octobre.

Serafina Loggia est l’auteur de cet article, vous êtes libres d’utiliser tout ou partie de son contenu, à condition d’en citer la source.

Les grandes oeuvres musicales italiennes: In Memoriam, de Giuseppe Verdi

Bonjour à tous,

Je suis allée hier soir -comme souvent- assister à un concert de musique classique. Au programme cette fois-ci un Requiem de Verdi: In Memoriam.

Au-delà de son extrait « Dies Irae », que tout le monde connaît -grâce aussi aux publicités qui l’ont utilisé comme base musicale-  ce Requiem est transcendant dans sa totalité, l’auditorium était plein à craquer et le public était comme hypnotisé; moi, j’étais une fois de plus très fière de partager, avec le grand compositeur Giuseppe Verdi, au moins la nationalité.

Parmi les passages les plus touchants je recommande le Dies Irae, bien sûr, mais aussi le Tuba mirum, le Sanctus et la fugue du Libera me, qui projettent l’auditeur dans une conquête céleste.

Peu de personnes savent que Giuseppe Verdi, compositeur des célèbres Rigoletto, La Traviata (que j’adore) et Don Carlos a, cette fois-ci, mis son génie dans une œuvre sacrée alors que, étant adepte de la libre pensée, il a toujours été sceptique envers les institutions religieuses et, si on le voyait à l’église, c’était juste pour faire plaisir à sa seconde femme qu’il accompagnait à la messe du dimanche .

Dès sa première interprétation le 22 mai 1874 en l’Église Saint-Marc de Milan, cette œuvre grandiose quitte le cadre liturgique pour intégrer définitivement les salles de concert de Londres, Vienne et de toute l’Europe et l’on ne peut pas dire qu’elle ait été accepté à l’unanimité par la critique, surtout par ses représentants les plus timorés qui, apparemment insensibles à l’extraordinaire raffinement des écritures et à la subtile vocalité des timbres orchestraux,  y voyaient  « l’exaltation dévergondée d’un luxueux quatuor vocal qui aurait transposé ses travers opératiques dans la liturgie la plus grave de l’Eglise catholique ».

Verdi Requiem

Nouveau Siècle - Lille mars 2013

Nouveau Siècle – Lille mars 2013

Direction Jean-Claude Casadesus
Soprano Veronica Dzhioeva / Mezzo-soprano Lilli Paasikivi
Ténor Stuart Neill / Basse Roberto Scandiuzzi
Chœur Philharmonique Tchèque de Brno
orchestre national de Lille


en quelques mots

Où comment Verdi, transformant sa participation à un hommage collectif à Rossini en un requiem à la mémoire de Manzoni, produit une œuvre dont Hans von Bülow a dit qu’il était un opéra « en habits d’église ». Une œuvre magistrale donnée en cette année de célébration du bicentenaire de Verdi.

Le concert auquel j’ai assisté hier soir sera capté en salle Pleyel et diffusé le 27 mars à 20:00. Également disponible pendant 30 jours sur http://www.francemusique.com