• Blog Stats

    • 273 952 hits
  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 1 252 autres abonnés

  • Mieux Notés

  • Catégories

  • Page Facebook

  • Profil LinkedIn

  • Je débute. Laissez-moi un commentaire ou un Like :)

Comment reconnaître un Origan de qualité?

IMG_7858

Origan sauvage de Sicile 

Le marché des herbes aromatiques compte un grand nombre d’offres. Afin de bien choisir, il faut veiller non seulement au prix (par rapport au volume, et au kilo) mais également à la provenance des herbes, à la date de récolte de celles-ci et aux méthodes de traitement.

D’après une étude portant sur le prix des herbes sèches menée par la CLCV en France en 2017,  l’Origan fait partie des herbes de Provence vendues, en France, à un prix pouvant aller jusqu’à 200€/Kg. En ce qui concerne leur provenance, il n’y a que 10% de ces herbes qui sont produites en France, le reste étant importé du Maroc, d’Espagne, d’Albanie et de Pologne.

Alors… Comment choisir le meilleur Origan? La réponse ici

 

 

Gastronomie Régionale: la Sardaigne à l’honneur avec les « Culurgiones » – Gastronomia regionale: onore alla Sardegna con i « Culurgiones »

I Culurgiones sono una specialità della gastronomia Sarda tipica della zona dell’Ogliastra, diventata in seguito un grande classico della cucina regionale. Il nome del piatto varia a seconda delle zone, ma « culurgiones », in lingua Sarda, é quello più conosciuto.I Culurgiones sono dei fagottini di pasta fresca di semola di grano duro ripieni di un mobido impasto a base di patate cotte al vapore e schiacciate e di una generosa quantità di pecorino sardo fresco grattugiato, con aggiunta o meno di menta (io l’ho messa, insieme a un po’ d’aglio, nella mia ricetta). I fagottini vengono chiusi a mano con un processo particolare che permette di ottenere il caratteristico aspetto a « spiga ».
 
2012-12-24 17.39.57
 
Una volta pronti i Culurgiones vengono cotti molto rapidamente in abbondante acqua bollente salata e serviti conditi con un semplicissimo sugo di pomodoro e con una spolverata di pecorino grattugiato. Ecco qui un video delle mie mani mentre realizzano la tipica chiusura « a spiga ».La ricetta completa realizzata da mia sorella e da me é visibile qui.
Les Culurgiones sont une spécialité de la gastronomie  Sarde typique de la zone de l’Ogliastra, devenue ensuite un grand classique de la cuisine régionale. Le nom du plat varia selon les endroits mais « culurgiones », en dialecte Sarde, est le nom le plus connu.Les Culurgiones sont des petits ballots de pâtes fraîches à la semoule de blé dur remplis avec une farce moelleuse réalisée à base de pommes de terre cuites à la vapeur et écrasées et d’une généreuse quantité de fromage « pecorino sardo » frais râpé, avec ou sans l’ajout d’un peu de menthe (j’ai mis la menthe dans ma recette et aussi un soupçon d’ail). Les ballotins sont ensuite scellés à la main avec un procédé particulier qui permet d’obtenir l’aspect caractéristique d’un « épi ».Une fois prêts, les Culurgiones sont cuits très rapidement dans une grosse quantité d’eau bouillante salée et servis agrémentés d’une simplissime sauce tomate et d’un nuage de pecorino râpé.Voici une vidéo de mes blanches mains en train de réaliser la typique fermeture « en épi ».culurgionisAEDITALIALa recette complète réalisée par ma soeur et par moi est consultable ici

Read more about « la cucina sarda » : https://aeditalia.wordpress.com/2013/02/24/gastronomie-regionale-un-repas-typique-de-sardaigne-gastronomia-regionale-un-pasto-tipico-sardo/

les Pâtes (fiche technique)

les Pâtes (fiche technique)

Depuis la nuit des temps “Là où il y a du blé, il y a de l’abondance

pasta alla siciliana con salsa ai carciofi

Je rajouterai que, quand le blé se transforme en pâtes, il y a aussi du plaisir!!! Virginia Wolf pensait, comme moi,  que “On ne peut bien penser, bien aimer, bien dormir, si on n’a pas bien mangé” et elle l’a même écrit dans “Une chambre à moi”.

Loin de n’être qu’un vulgaire accompagnement, un parent pauvre des légumes, un bouche-trou comme les pensent -à tort- les étrangers, les pâtes sont considérées dans leur patrie -l’Italie- un des plaisirs alimentaires les plus conviviaux. La variété de leurs déclinaisons fait qu’elles méritent tous les honneurs, y compris sur les tables les plus recherchées, en plus de satisfaire les exigences d’une cuisine rapide mais savoureuse.

Plus de trois mille formats de pâtes ont été recensés à ce jour

Une chose est sûre : bien que ça puisse paraître absurde à certains, elles maintiennent sans faillir leur statut d’aliment “le plus italien qui soit”. Celui-même qui nous fait connaître et apprécier, dans le monde entier. Avec plus de trois mille formats différents, les pâtes sont le symbole de la fantaisie du peuple Italien.

Picture from Wikipedia

Picture from : WIkipedia

Picture from : WIkipedia

Picture from : WIkipedia

Picture from : WIkipedia

Picture from : WIkipedia

 

Formats de pâtes insolites: Minchiette

La créativité des Italiens en matière de formats de pâtes n’a vraiment aucune limite ni censure. Âmes sensibles s’abstenir!

UN APPORT DIÉTÉTIQUE  ÉQUILIBRÉ

Il n’existe pas d’aliment plus naturel et simple des pâtes: semoule de blé dur et eau. Conservateurs et autres colorants sont ici bannis: les premiers remplacés par le procédé de séchage du produit fini, qui permet sa conservation durant de très longues périodes; les seconds sont inutiles vu que, dans la couleur naturelles des pâtes on retrouve déjà la luminosité du soleil absorbé par le grain de blé puis restituée par la semoule.

Mais il y a plus encore: les pâtes sont parmi les aliments les plus équilibrés par rapport aux exigences nutritionnelles du corps humain. L’amidon (qui représente le pourcentage le plus élevé -environ 70%- des hydrates de carbone) est une source optimale d’énergie en plus d’être hautement digestible. L’absence de sucres et de matières grasses et la présence de protéines contribuent à la qualité nutritionnelle des pâtes.

Ces éléments s’accordent parfaitement avec les besoins de notre organisme; en effet, 60% de l’apport calorique fourni à celui-ci devrait parvenir des hydrates de carbones, le 20% des lipides et le 10% des protéines; la composition des pâtes au blé dur est 74% hydrates de carbone, 1,2% de matière grasse, 11,5% protéines.

Les habitudes alimentaires des italiens vont peaufiner ce tableau énergétique, par l’assaisonnement à base de fromage qui, en apportant cet aminoacide essentiel, rend équilibrées les protéines des pâtes; viennent ensuite tomates et végétaux avec leur apport en vitamines. Il suffit ensuite d’accompagner les pâtes par des aliments plus riches (viandes, poissons etc.) pour en faire un savoureux plat unique.

UN PEU D’HISTOIRE

Mais qui donc a inventé les pâtes? Histoire et légendes ont largement brodé autour de cet aliment mythique. La vérité est aussi simple que les ingrédients qui le composent. Etant lié à la découverte et à l’utilisation des céréales, on peut revenir 7000 ans en arrière, c’est à dire à l’époque où l’homme a commencé à délaisser la vie nomade pour devenir agriculteur; de récolte en récolte celui-ci a appris à toujours mieux travailler le blé en le transformant en farine, en le pétrissant avec de l’eau, en l’aplatissant en feuilles qu’il faisait cuire sur des pierres rougies par le feu… jusqu’à le bouillir dans de l’eau salée, celle de la mer (3000 ans avant J-C.). Grecs et Étrusques, déjà, produisaient et consommaient les premiers types de pâtes, de nombreux siècles avant la naissance de Jésus.

Après des hauts et des bas de leur gloire, les pâtes voient naître les bases de leur radieux futur en Sicile, premier peuple producteur de pâtes séchées, “responsable” de leur grande affirmation et diffusion. De la Sicile, à travers la mer, les pâtes remontent la Méditerranée et arrivent jusque dans les îles et dans le nord de la “botte”. C’est à Gênes qu’ont été retrouvées les preuves les plus anciennes de l’utilisation des pâtes séchées; les plus anciens documents relatifs à la première “pastaia” datent de 1316 : elle s’appelait Maria Borgogno et était propriétaire d’une maison où “faciebat masagnas”; en 1363, dans l’inventaire d’une maison de la ville de Recco, apparaît le premier “scolapasta” (égouttoir à pâtes).

Suite à la décadence du pouvoir de Gênes, ses célèbres pâtes vont céder la première place à celles d’autres zones, à Naples en particulier. Pendant des siècles les pâtes restèrent un genre alimentaire de luxe. Ce n’est qu’en Six-Cent que, de nourriture “noble” le “maccherone” (sorte de gros spaghetti) se diffusa à tout le peuple et devint une attraction touristique : les boutiques des “maccheronai” attiraient par la grande curiosité générale envers cet aliment en forme de ficelles, mais aussi envers leurs clients, qui se donnaient en spectacle (essayez donc de manger les maccheroni comme il se doit, sans les couper).

Bientôt la fragile structure de l’ancêtre du spaghetti devint forte comme seul un mythe peut l’être, et s’identifia avec l’Italie et les italiens.

LES ÉVOLUTIONS DU GOUT

Pour nous italiens il n’y a, pour les pâtes, point de cuisson autre que “al dente” -ou “vierde vierde” comme disent les napolitain-. Nous considérons immangeables les pâtes trop cuites. C’est donc avec une sensation de dégoût, mélangé à de l’amusement, que nous regardons aux recettes anciennes, y compris celles laissées par les grands “maîtres” reconnus tels que Martino, cuisinier du Reverendissime Monseigneur Camerlengo et Patriarca de Aquileia qui, en 1450, écrivit qu’une des meilleures façons de préparer les “maccaroni” était de les faire cuire pendant deux heures, et de les assaisonner par du beurre, du fromage et des épices douces. Cristoforo da Messisbugo et Bartolomeo Scappi, auteurs de magnifiques manuels de cuisine du Cinq-Cent n’en font pas moins puisque le premier indique une durée de cuisson d’une heure pour des vermicelles séchés et le second une demi-heure de cuisson pour les “maccaroni alla romanesca” -des pâtes fraîches.

Il aura fallu attendre Artusi, fin Huit-Cent, pour avoir des recommandations plus “correctes”: celui-ci indiquait d’égoutter les spaghettis alors qu’ils étaient encore “un tantinet durs”.

Les premiers ingrédients pour assaisonner les pâtes étaient quand même toujours sucrés (miel, épices, sucre et cannelle) et ajoutés tels quels, sans cuisson. Le seul condiment salé toujours présent étant le fromage : cacio, provolone ou parmigiano. Ce n’est qu’à partir de Sept-Cent qu’on trouve des traces de condiments salés : le génois Giulio Giacchero relate de trenettes al pesto (sorte de pâtes semblables à des rubans ourlés, servis avec une sauce Pistou), tandis que la première recette dans laquelle apparaît la tomate, relatée par Ippolito Cavalcanti, Duc de Buonvicino, remonte à 1839.

COMMENT FAIT-ON LES PÂTES SÈCHES?

Depuis les temps Vitruviens jusqu ‘à presque tout le Sept-Cent les moulins restèrent à peu près identiques et la rotation de deux pierres (macine) en forme de roue produisait la semoule. Celle-ci était ensuite déposée dans la cuve de la “gramola” (l’outil le plus important de l’atelier de production) et pétrie avec de l’eau tiède d’abord avec les mains, puis avec la “mola”. L’augmentation de la consommation amena à la mise en place des premières machines hydrauliques, autour de 1870.  Le processus de mécanisation fut progressif et se termina vers la fin du siècle dernier, par des machines fonctionnant à la vapeur ou à l’énergie hydraulique. La première machine capable d’exécuter toutes les phases du processus de fabrication fut brevetée en 1933. Ce n’est pourtant qu’avec l’avènement du séchage artificiel que la production des pâtes put outrepasser les frontières artisanales et devenir un produit industriel, réalisable dans toute Italie. En effet, jusque là, les spaghettis à peine produits étaient ramassés, puis accrochés à de longs bâtons en bois et exposés à l’air et au soleil jusqu’à leur complet séchage; il apparaît donc évident comment les “pastifici” situés dans les zones au climat heureux étaient favorisés par rapport aux autres. Le problème s’est de toute façon résolu avec l’apparition de cellules de séchage au sein du “pastificio” le plus moderne, qui reçoit la semoule au début du processus de fabrication, poursuit avec la phase de réhydratation par l’eau (entre 30 et 35%), tandis que la pâte obtenue, appelée “gremolazione”, advient sous vide afin d’obtenir une pâte plus compacte et transparent, qui est ensuite poussé vers les “trafile” qui coupent de longs fils de pâte qui, a la moitié de leur longueur, sont réunis par des bâtons sur lesquels ils reposent. Enfin, une coupure nette interrompt le fil, pour recommencer immédiatement avec la sortie d’un nouveau flot de pâte qui sera, elle aussi, réunie sur d’autres bâtons etc… vers l’énorme cellule de séchage relativement humidifiées afin d’éviter la formation de fissures.  Les pâtes y resteront environ huit heures, jusqu’à réduction du taux d’humidité autour de valeurs inférieures à 12,5% (taux maximum consenti par la loi).

COMMENT CUISINE-T-ON LES PÂTES? 

QUANTITÉS : en moyenne de 70 à 100 gr par personne

CASSEROLE : elle doit être plus haute que large et de grande taille; choisissez-la en aluminium ou en acier.

EAU ET SEL : 1 l d’eau non calcaire et 10 gr de sel par 100 gr de pâtes

EAU : plongez les pâtes au moment l’eau a atteint le maximum de l’ébullition et, dans le cas des spaghettis, le “bouquet” doit être ouvert en “éventail”; mélangez. Dès que l’eau reprend l’ébullition couvrez la casserole et retirez définitivement le couvercle lorsque le bouillon rejoint à nouveau le stade maximum. Tout en suivant les instructions indiquées sur l’emballage par le fabricant, goûtez au moins deux fois vos pâtes afin d’éviter qu’elles cuisent trop.

CUISSON ET PREPARATION : les temps indiqués pour les recettes ont été calculés en moyenne, puisqu’ils varient en fonction du type de chaleur (de la source de cuisson), de la quantité des ingrédients et enfin de l’habileté de celui/celle qui cuisine! 🙂

DIFFÉRENTS FORMATS DE PÂTES

Il existe dans le commerce plusieurs milliers de formats différents de pâtes (plus de 3000 recensés à ce jour) regroupés en trois catégories principales: les longues, à section ronde et compacte (spaghetti, vermicelli, capellini), à section ronde et trouée (bucatini, ziti), à section plate (bavette, linguine, tagliatelle), les courtes, lisses (farfalle, fusilli, eliche), rayées (penne, rigatoni, conchiglie), les petites pour potages ou bouillons (ditalini, stelline, anellini). L’industrie propose, en plus, des pâtes spéciales auxquelles a été ajouté l’oeuf (pasta all’uovo), des épinards (pasta verde), des tomates et/ou des carottes (pasta rossa), de l’encre de seiche (pasta nera) et autres végétaux; mais aussi pâtes pour diabétiques -à faible teneur en amidon-, pâtes sans gluten -pour les  tout-petits-, pâtes intégrales, etc.  Zoom sur les formats les plus célèbres:

BUCATINI

C’est le format qui, plus que tous, nous associons aux recettes de la traditions “laziale” (de la région du “Latium”); première parmi toutes celle des “bucatini all’amatriciana”. Il s’agit, parmi tous les formats, de celui qui, plus que les autres, stimule et mobilise le sens de l’audition en plus des autres sens traditionnellement en jeu lors du rite qu’est manger les pâtes. Derrière ces longs tuyaux, semblables à de gros spaghettis traversés par un trou, passe l’air qui émet un sifflement lorsqu’ils sont aspirés par la bouche. Attention aux éclaboussures de sauce…

Bucatini all’amatriciana

LINGUINE

Linguine

Larges de trois mm et longues environ vingt-six cm, les “linguine” sont un format de pâtes sèches plates très diffusé en Ligurie où on retrouve, très ressemblantes, également les “trenette” et les “bavette”. Tous idéaux pour les recettes en sauce, ces formats se prêtent à être parées avec des sauces à base d’huiles et herbes aromatiques et particulièrement avec celles à base de poisson. En Ligurie les “linguine” sont traditionnellement assaisonnées avec la célèbre sauce “Pesto”.

Linguine Liguri al pesto

SPAGHETTI

Spaghetti cacio e pepe

L’archétype des pâtes, le format à la forme tant essentielle qu’emblématique. Une ficelle (“spago”, en italien) qui s’allonge, qui se plie, s’enroule sur lui-même mais… qui NE DOIT PAS ETRE COUPE’, afin d’en garder identité et structure. L’épaisseur peut varier -cheveux d’ange, spaghettini, spaghetti, spaghettoni –  mais pas leur âme de blé dur sans laquelle ils ne seraient que des fils de colle. Idéaux avec des sauces à base de tomate, végétaux divers, sauces à base de poisson et mollusques.

CONCHIGLIE

Une forme classique, celle du mollusque marin (coque), depuis toujours utilisée dans le domaine artistique pour décorer, garnir, symboliser. Cette forme ne pouvait donc qu’être présente dans l’univers des pâtes. Ses rayures se prêtent à merveille à accueillir et à emprisonner, comme s’il s’agissait d’une perle, des sauces légères à base de tomates, ricotta, pesto, petits-pois, pignons….

FARFALLE

Un hommage à l’insecte léger (papillon) pour certains, tandis que d’autres y verront un noeud papillon. Pour tous, il apparaît un rectangle de pâte dentelée resserré en son centre; cette forme gracieuse capture sauces tomate, sauces légères, coulis à base de beurre, petits-pois et crème fraîche. Un papillon qui change de nom selon les régions vers lesquels il s’envole : on l’appelle “gassa” à Gènes, “strichetto” à Bologne, “galani” à Parme.

FUSILLI

Fusilli

Inspirée de l’instrument qui attire la pâte pour la tortiller et lui donner ainsi sa forme caractéristique hélicoïdale, un élément en mouvement perpétuel. Un format élastique, consistant et nerveux sous la dent, qui a une prédilection pour les saveurs fortes et les condiments méditerranéens. Elle s’accompagne bien de sauces à base de végétaux, qui s’agrippent à ses spires.

MACCHERONI

Maccheroni

Tel était le nom de ces pâtes lorsqu’elles firent leur entrée sur les tables des aristocrates cours de l’Italie méridionale. Aujourd’hui le même terme désigne plusieurs formats de pâtes courtes, tous cylindriques bien que plus ou moins linéaires, plus ou moins rayés… Les “boccolotti” et les “chifferi” sont surtout utilisés pour potages ou pastasciutta, assaisonnés avec du beurre et du fromage. Les dents d’éléphant “denti di elefante’, les “rigatoni” et les “gigantoni” sont des variantes des formes de base.

PENNE

Penne – Source : Wikipedia

Ces petits tubes à la forme dynamique et à la coupe oblique doivent leur nom à l’affinité esthétique avec la pointe d’une plume. Probablement le plus utilisé parmi les formats courts, consistantes et ayant du corps, les penne ont une cavité de dimensions variables qui se prête à recueillir la sauce de manière optimale. Preuve en est qu’elles s’adaptent à tout type d’accompagnement, que ce soit à base de viande, de poisson, de végétaux.

AUTRES FORMATS

Nombreux sont les formats de pâtes : Gomiti (coudes), pipette, ruote, ditalini, mezze maniche, rigatoni, cuori….. extrêmement ductiles, les pâtes s’allongent, se nouent, se brisent s’enroulent, s’égrènent, se ferment, se plient et se frisent en suivant les caprices du maître “pastaio”, qui a fait preuve de grande inventivité. Les formats de grande taille semblent être les plus populaires; aucun n’a, cependant, pas que le but de satisfaire l’oeil, mais celui d’offrir au palais sensations diverses et donnent le meilleur d’eux-mêmes lorsqu’ils sont accompagnés par leur condiment spécifique.

Pour un plus grand (quoique non exhaustif) aperçu des différentes formes de pâtes existantes cliquez sur le lien : http://it.wikipedia.org/wiki/Elenco_dei_tipi_di_pasta

GRATINEES

Moins riches et compliquées des préparations élaborées telles que “pasticci” e “timballi”, dans les versions rustiques et populaires les pâtes gratinées conjuguent la simplicité de leur procédé de cuisson avec la richesse et la variété des saveurs. Ceux qui les choisissent aiment cette légère patine croustillante que prennent les pâtes, même lorsqu’elles sont juste assaisonnées d’un nuage de fromage grana râpé. Ou cette couche tendre et filante de béchamel ou fromage qui voile les pâtes à peine sorties du four.

PASTICCI

Elaborés comme sont, en général, tous les plats qui comportent une farce, pasticci et timballi naissent avec l’intention d’émerveiller, d’attiser la curiosité, de stimuler à y goûter. Les fins “emballages”constitués par les pâtes plus diverses (feuilletée, brisée, sablée) dissimulent des farces riches et appétissantes, créations de chefs géniaux en quête de reconnaissance: sauces raffinées, épices parfumées, viandes délicates, champignons rares, truffes plus que jamais précieuses.

CURIOSITES

– Les “bucatini”, gros spaghettis trouées, sont également appelés “perciatelli” en Campanie. Ils sont au top de la saveur lorsque préparés avec des sauces robustes et savoureuses, telles que typiques de la tradition culinaire de l’Italie centro-méridionale.

Comme déjà précisé les vraies pâtes sont préparées avec de la farine de blé dur, plus fine que de la semoule et presque aussi impalpable que la farine de blé tendre. C’est pour cela que la loi italienne veut que, pour réaliser des spaghetti dignes de ce nom, soient employés uniquement farines de blé dur. Cependant depuis 2000, l’Union Européenne a changé les règles -du moins pour les pâtes industrielles- en autorisant également l’emploi de blé tendre… Oeil à l’étiquette!

Les ancêtres des spaghetti se nommaient “lagani” et étaient déjà présents sur les tables d’Etrusques et Romains. C’étaient des pâtes en forme de ruban, proches de nos “lasagne”, mais cuites dans du bouillon.

Pour exalter la saveur des spaghetti, une astuce est de les assaisonner dans la casserole -encore fumante- qui a servi à leur cuisson; la chaleur générée par l’ustensile leur permet de mieux s’imprégner de la sauce.

On reconnaît un spaghetti de bonne qualité avec les sens avant qu’avec le goût: avec les yeux, avec les mains. Sa couleur doit être jaune ambre, sa surface luisante et uniforme, la consistance dure mais élastique.

La première trace de l’existence des “vermicelli” remonte à 1154. L’arabe Idrisi écrit qu’en Sicile, à Trabia, on produisait les “Itriya” qui étaient exportés dans l’île-même ainsi que dans les territoires musulmans. La véridicité des cette affirmation est confirmée par la présence, dans le dialecte sicilien, du mot “tria” qui indique à la fois les actuels spaghetti et la “trafila”, l’ustensile employé pour les produire.

Deux sont les mots qui seraient à l’origine du nom de “maccheroni”: d’une part “macco”, qui signifie battu, écrasé; de l’autre “makarios”, mot grec qui signifie “nourriture pour béats”…. donc délicieuse!

Les vrais amants des pâtes, les connaisseurs, les puristes affirment que, pour juger de la qualité des pâtes il faut les cuire “al dente” et les goûter nature, sans condiment aucun. Ce n’est qu’ainsi qu’on peut les déguster réellement, et émettre donc un jugement fondé au sujet de toutes ses caractéristiques.

La Sicile est, parmi les régions d’Italie les plus liées aux traditions et aux coutumes, avec une âme baroque qui ne s’exprime pas seulement dans l’architecture des palais, des églises et des usages, mais aussi en cuisine. Par exemple pour les pâtes, préparées avec richesse et fantaisie. Quel meilleur exemple que celui de la pâte “‘ncasciata” (c’est à dire compressée) qui présente, parmi ses nombreux ingrédients, viande, foie de volaille, tomates, mozzarella, fromage pecorino, aubergines et jambon?

Pasta n’casciata – Picture from : http://www.originalitaly.it/ricette/primi/pasta-ncasciata

La région Emilia-Romagna, terre dont la population revendique qu’il s’agit bien en réalité de deux régions distinctes, est cependant unanime lorsqu’il s’agit de pâtes farcies. A’ commencer par le “tortello”, proposé dans les diverses provinces avec les farces plus disparates et originales, emblème de cette terre, et dont le “pasticcio” est proche parent. Autres pâtes farcies typiques du “ferrarese” (NDLR: de la région de Ferrara), de grande tradition sont les “cappellacci gonfi”  farcis de potiron aromatisé de diverses façons. Leur origine remonte à la cour des Estensi, mais on les retrouve également à Mantova à la cour des Gonzaga. Des goûts en commun….

Pour visualiser plus de formats je vous recommande ce site : http://www.tortellini.it/varianti.htm

QUELQUES IDEES DE SAUCES

Passons aux choses sérieuses. Vous avez acheté vos pâtes préférées et choisi leur format avec soin, en prêtant attention à leurs origines et méthodes de fabrication; une fois rentrés chez vous avec ce petit paquet au précieux contenu vous vous demandez comment les préparer :

AI FUNGHI (aux champignons) : Champignons séchés réhydratés puis écrasés avec des anchois et de l’ail. Mélanger sur le feu dans de d’huile d’olive extra-vierge puis ajouter tomates et pignons de pin écrasés.

AI PEPERONI (aux poivrons) : Huile, poivrons e sauce tomate.

AL POMODORO (à la tomate) : Haché d’oignon, ail, céleri, basilic et persil; assaisonné d’huile et couvert de tomates.

AL PESTO (au Pistou) : Haché de basilic, parmesan, pecorino, pignons et ail; délayé avec de l’huile d’olive extra-vierge.

PASTASCIUTTA GIALLA : Un jaune d’oeuf, un fromage monoportion de type “vache qui rit” par personne, une pincée de noix muscade, parmesan, petits morceaux de beurre. Former une crème avec tous les ingrédients et assaisonner les pâtes.

AGLIO, OLIO e PEPERONCINO : Chauffer dans une large poêle de l’huile d’olive avec une gousse d’ail; lorsque celle-ci commence à peine à se colorer (attention, pas trop!), ajouter du piment coupé en morceaux. Dès que les spaghetti sont al dente, les égoutter et les mettre dans la poêle; bien mélanger, saupoudrer de parmesan et de persil finement ciselé. Servir immédiatement.

SALSA DI PINOLI (aux pignons) : 3 cuillères de pignons frais, 8 noix, 20 gr de beurre, 2 càs d’huile d’olive, 1/2 gousse d’ail pélée, 2 càs d’eau bouillante, persil ciselé, sel. Retirez aux noix la fine peau qui les recouvre. Grillez les pignons puis hachez les deux. Rissolez  l’ail écrasé avec de l’huile et du beurre, ajoutez le persil puis le mélange noix/pignons, un peu d(huile, du sel et l’eau bouillante. Faites cuire 5 min.

BOTTARGA : Délayez la bottarga dans de l’huile, ajoutez-y le jus d’1/2 citron, ajustez de poivre. Au moment d’assaisonner les spaghetti, saupoudrez de persil ciselé.

LES PATES FRAICHES

Les ingrédients sont, comme pour les pâtes sèches, la farine, l’eau, les oeufs ainsi que d’éventuels huile, végétaux etc… La farine doit être très fine et de bonne qualité, préférablement tamisée; elle doit être disposée en “fontaine” (c’est-à-dire en formant un tas et en le creusant d’un trou au milieu) sur un plan de travail lisse et propre, on ajoute ensuite de l’eau ou des oeufs -1 pour 100 gr de farine-. On pétrit avec les mains jusqu’à l’obtention d’une pâte lisse et homogène qu’on laissera reposer pendant environ 1/4 d’heure. Ensuite on étale la pâte avec un rouleau à pâtisserie fariné, sur un plant de travail également fariné, jusqu’à l’obtention d’une feuille d’environ 2 cm d’épaisseur qu’on coupe  ensuite au couteau, à la roulette frisée ou à l’emporte-pièce selon l’usage qu’on veut en faire.

Parmi les formats les plus communs, on retrouve les tagliatelle, pour lesquelles la feuille doit avoir une forme rectangulaire, qu’on va enrouler sur elle-même avant de couper, sur le rouleau, de fines bande larges d’un cm. qui seront ensuite déroulées et déposées sur le plant de travail pendant quelques heures, jusqu’à leur séchage. Pour obtenir des reginette ou des pappardelle, ou utilise la roulette dentelée pour couper, sur la feuille étendue, des bandes larges de deux à trois cm.. En coupant des carrés de 8-10 cm. de côté on obtient des lasagne qui, enroulées sur elle-même, forment des cannelloni.

Cela-dit, chaque région a ses “formats” typiques ainsi on trouve en Veneto, i bigoli (sorte de gros spaghetti réalisés avec de la farine intégrale et coupés avec un instrument appelé bigolaro; en Ligurie règnent les trofie, à base de farine de blé dur et eau, ce sont des petits gnocchi roulés aux extrémités aplaties; en Valtellina on propose les pizzocheri, composés de farine de froment et de blé sarrasin, semblables à des tagliatelle mais en plus court et plus épais; en Sardaigne il y a les malloreddus, obtenus en pétrissant semoule de blé dur et eau tiède safranée, ce sont de petits gnocchi obtenus en faisant passer une boule de pâte sur un tamis et en pressant doucement avec le pouce; dans les Pouilles on trouve les orecchiette, à la pâte très simple : farine et eau, ainsi dénommées à cause de leur forme caractéristique qui rappelle celle d’une oreille (orecchio), et qu’on obtient en pressant le pouce sur un petit cylindre de pâte d’un cm.

LES PATES FARCIES

On retrouve, pour ces préparations, des citations dans tous les manuels de cuisine italiens déjà à partir du XIV siècle; aujourd’hui elles gardent les mêmes caractéristiques.

En partant d’une pâte d’oeufs et de farine on fait une grande variété de formes et de farces, sur la base desquels les produits viennent testés et classifiés.

Les tortelli, comme les ravioli, sont de petits emballages qui renferment quelque chose qui, souvent, est une savoureuse surprise: viande de boeuf ou de porc, poisson, potiron, ricotta, fromages, fines herbes, épinards et plus encore.

Tortelli – Picture from : http://www.tortellini.it/varianti.htm

La forme varie selon les régions : en Liguria ils sont carrés, en Trentino en demi-lune, en Emilia ils ont une forme de bague… mais en existe aussi des ronds et des triangulaires.

On peut les déguster en bouillon ou en sauce, agrémentés d’un large choix de sauces, mais aussi – simplement- natures, accompagnés de beurre et de parmesan.

Il existe aussi les agnolotti, dans la région de la Pianura Padana : sur la feuille de pâte étalée (qui , contrairement à celle qui sert aux tagliatelles, ne doit pas être posée au repos) on dépose de petits tas de farce à base de foies de volaille, viande de porc, fromage et épices. On recouvre d’une autre feuille de pâte et on coupe en forme carrée. Il se préparent aussi bien dans du bouillon qu’en sauce (à la viande).

Agnolotti – Picture from : http://www.tortellini.it/varianti.htm

Parmi tous les formats une place d’honneur est à attribuer aux tortellini. Originaires de la Romagna, leur préparation requiert une grande habileté et une patience sans faille; dans la pâte étalée on coupe des carrés de 5 cm de côté, on place à leur centre un peu de farce, on plie en triangle et pressant bien sur les bords pour bien les fermer, puis on fait tourner les pointes de chaque triangle autour de l’index et les réunir en les tournant vers le haut. La recette traditionnelle comporte quatre sorte de viandes (jambon, porc, mortadelle et dinde) ainsi que des oeufs, du parmesan, de la noix muscade. On les cuit rigoureusement dans du bouillon, idéalement de chapon.

Les ravioli, eux, sont carrés et farcis de viande en Liguria, ronds et à la ricotta en Sicile; on les sert généralement en sauce genre bolognese.

CUISSON

Les pâtes fraîches se cuisent comme les sèches, mais beaucoup plus rapidement que celles-ci. Veillez donc à surveiller la cuisson, à remuer et goûter souvent, voire ajoutez un peu d’huile à l’eau de cuisson pour éviter que les pâtes ne collent entre elles. Une fois la cuisson terminée, ajoutez un verre d’eau froide dans la casserole (cela sert à couper la cuisson) avant d’égoutter, et gardez un peu de l’eau de cuisson pour délayer l’éventuelle sauce d’accompagnement.

LES PATES AU FOUR

Ces pâtes (lasagne, cannelloni) destinées à être cuites au four, nécessitent une pré-cuisson à l’eau; elles doivent ensuite être mises à égoutter sur un linge propre, et seulement ensuite parées pour la recette choisie. On trouve cependant dans le commerce des produits qui permettent de se passer de l’étape de pré-cuisson.

LES PATES POUR MINESTRE (POTAGES)

On entend, pour minestra, une préparation à base de végétaux, de légumes et de pâtes, éventuellement de viande ou de poisson. Celle-ci peut être de consistance plus ou moins épaisse et est généralement servie dans des assiettes creuses. Les ingrédients varient selon les régions : des fèves en Sicile, du potiron en Lombardie, des haricots en Toscane. la cuisson est plutôt longue mais il existe, pour ceux qui veulent gagner du temps, des préparations en sachet surgelées ou lyophilisées.

Pasta con la lattuga – Picture by Lunanerazzurra – http://lunanerazzurra.blogspot.com/

REMARQUE : il est préférable de choisir le format des pâtes en fonction de la sauce qui va les accompagner; ainsi les pâtes courtes et épaisses sont plus indiquées pour les sauces à base de viande ou pour celles qui contiennent des végétaux en morceaux; les pâtes courtes et lisses se prêtent à des sauces crémeuses à base de crème, beurre et fromage, ou de végétaux tels que petits pois, épinards, etc.; les petites pâtes s’utilisent pour des potages de légumes ou de végétaux; les longues, elles, vont avec tout avec une exception pour les spaghetti pour lesquels on n’utilise généralement pas de condiment à base de viande, réservé aux autres formats (pappardelle, tagliatelle, fettuccine).

TRUCS ET ASTUCES

-Un reste de pastasciutta (pâtes en sauce) peut être recyclé avec bonheur en l’utilisant pour remplir des poivrons dont on aura ôté le chapeau, les grains et les côtes blanches. On dispose ensuite les poivrons farcis dans un plat allant au four, ou ajoute des flocons de beurre et on saupoudre de fromage grana mélangé à de la chapelure. On enfourne à 220°C pendant 15 min.

On peut aussi en faire une savoureuse omelette ou de délicieuses “crocchette”; pour ces dernières coupez les pâtes en petits morceaux, ajoutez un oeuf pour 100 gr de pâtes, puis un morceau de cannelle, sel, poivre et parmesan jusqu’à l’obtention d’une pâte qui sera ensuite passée dans un bain de friture.

Des tomates de qualité constituent l’ingrédient indispensable à la préparation de la sauce tomate pour les pâtes; pour qu’elles soient encore plus savoureuses, passez-les au four chaud pendant quelques minutes avant de les peler.

Les gnocchi seront plus compacts et savoureux si on cuit les pommes de terres au four plutôt qu’à l’eau.

Voilà, maintenant vous savez (presque) tout sur les pâtes et j’espère sincèrement que cet article vous a éclairci les idée au sujet de cet aliment aussi  précieux que bon marché.

ATTENTION!

Vous savez donc ce qu’il faut faire avec des pâtes; voici un petit florilège des choses à NE PAS faire (si, si, je vous assure qu’il y en a qui les font :-)) :

– On attend que l’eau soit à ébullition et y ajoute du sel avant d’y plonger les pâtes; en aucun cas on mets les pâtes avant l’ébullition de l’eau et en aucun cas on sale dans l’assiette!!

– On ne cuit pas ses pâtes au micro-ondes!

– Les pâtes longues ne se coupent pas en deux avant de les plonger dans l’eau (si elles sont longues c’est qu’elles doivent le rester!)

– Durant la cuisson on ne rajoute rien d’autre, pas même de l’huile (c’est inutile : si le volume d’eau est suffisant et si on les mélange régulièrement, elles ne colleront pas)

– On ne respecte pas le temps de cuisson indiqué sur le paquet si notre recette prévoit qu’elles soient sautées à la poêle avec leur sauce ou gratinées au four; dans ce cas on égoutte les pâtes une minute avant la fin de la cuisson

– Une fois dans l’assiette, on ne coupe pas nos pâtes longues en petits morceaux (si elles sont longues c’est qu’elles doivent être ainsi!) et on ne les mange pas à la cuillère!!!! (Bien entendu, on utilise la cuillère pour manger nos pâtes en potage (servies avec leur bouillon))

– On ne conserve pas les pâtes. Hormis celles gratinées, les pâtes ne se préparent pas d’avance et ne conservent pas. On les prépare « minute » et on les mange immédiatement!

Vous pouvez également vous amuser à cuisiner en italien en apprenant l’italien, par le biais de recettes-vidéo comme celle-ci! http://www.lacucinaitaliana.it/video/ricette/primi-piatti/spaghetti-al-pomodoro-e-basilico

Si vous avez lu jusqu’ici il ne me reste plus qu’à vous souhaiter un « Buon Appetito! »

…et si vous avez envie d’en savoir encore plus : http://fr.pourelles.yahoo.com/cuisiner-les-p%C3%A2tes-comme-une-vraie-italienne-081506006.html


Gastronomie Régionale et tourisme: le Piémont – Torino / Turin

Cet article est le contenu d’une conférence privée animée en l’honneur du Rotary Club 1670 http://sites.google.com/site/rotarytgouest/  lors d’une soirée spécialement organisée par le groupe Agape (Auchan) dans son restaurant « Il Risto » de Lille.

Le Piémont est une région du nord-ouest de l’Italie , limitrophe avec la Suisse et la France.

Comme son nom l’indique, le Piémont est la terre des montagnes: elle est entourée sur trois côtés par les Alpes, qui comprennent ici les sommets les plus hauts et les glaciers les plus importants en Italie. Le Mont Viso, le versant piémontais du Mont Rose et les autres reliefs offrent des paysages spectaculaires d’une beauté singulière, il ya aussi des stations de ski, y compris la Voie lactée et Sestriere, qui accueillent avec leurs équipements moderne les passionnés des sports d’hiver. Dans le contexte des Alpes de grandes et pittoresques vallées s’ouvrent, comme la Vallée di Susa, la Valsesia et le Vallée d’Ossola. Très différent mais tout aussi distinctif est le paysage des Langhe et du Monferrato: une succession de collines couvertes de vignobles, disséminées de villages et de châteaux. Des miroirs d’eau et les rizières, les longues rangées de peupliers et de vieilles fermes, ce sont les scénarios typiques des plaines qui s’étendent à Novara et Vercelli. Une destination touristique par excellence est le lac Majeur, avec Stresa et les Îles Borromées avec des paysages qui abritent de magnifiques villas anciennes entourées de parcs à l’anglaise. Mais la nature n’est qu’une des nombreuses attractions du Piémont. Il y a beaucoup d’autres aspects dans la région: Turin – la capitale italienne de la voiture – avec son histoire et son patrimoine artistique remarquable, les autres villes, les divers centres historiques comme Cherasco, Alba et Ivrea. Et puis, les châteaux médiévaux suggestifs tels que l’imposant château de Ivrea, les architectures précieuses, comme les célèbres résidences de la maison de Savoie et les Sacri Monti. Acqui Terme et Vinadio, les historiques localitées thermales, assurent des soins et de traitements pour un séjour de bien-être et de détente. plusieurs découvertes et de surprises toutes sortes attendent les visiteurs, y comprise une offre gastronomique variée qui peut satisfaire tous les goûts. Les provinces sont: Turin (chef-lieu), Alessandria, Asti, Biella, Cuneo, Novara, Verbano Cusio Ossola, Vercelli.

Source : Ministero del turismo

Turin, ancienne capitale d’Italie

L’Italie vient de célébrer, en mars 2011,  le 150ème anniversaire de  son Unité : une excellente occasion de rappeler à nos mémoires que la ville de Turin, chef-lieu du Piémont, a été la capitale de l’Italie de 1861 à 1865, avant que la centralité du Gouvernement du Royaume d’Italie fusse déplacée à Florence. Ensuite, à partir de 1871, le siège fut transféré à Rome. Mais le Piémont et Turin restèrent sans aucun doute un important point de référence pour le futur de l’Italie, et cela jusqu’à nos jours. C’est donc pour cette raison que, du mois de mars jusqu’en novembre 2011, Turin vous attend avec cinq grandes expositions et un programme extraordinaire axé sur la culture, le sport et les spectacles.

Tout le meilleur de l’Italie en une seule ville pour une durée de neuf mois riches en émotions. Plus de 6 millions des visiteurs sont attendus pour ces importantes célébrations.

Un peu d’histoire :

Le 17 mars 1861, le Roi de Sardaigne, Duc de Savoie et Prince de Piémont: Victor-Emmanuel II est proclamé Roi d’Italie.

En effet, c’est en 1861, après les guerres avec les Autrichiens et l’expédition de Garibaldi en Sicile, que l’Italie a été unifiée en un seul Royaume. Le 17 mars de cette année-là, c’est à Turin que fut proclamée l’unité nationale, ville qui devint la première capitale de cette nouvelle Italie unifiée. C’est ainsi que débuta une longue histoire typiquement italienne qui verra se réaliser une nation indépendante et unie, une histoire nationale qui part du Piémont et de Turin.

Curiosité : La ville de Turin est jumelée, en France, avec celle de Chambéry (pour leur proximité géographique) mais aussi avec Lille (pour leur passé industriel et d’immigration commun).

Géographie, climat

Le Piémont se situe dans la partie nord-ouest de l’Italie, aux pieds des Alpes et dans la haute plaine du fleuve Pô (le plus long d’Italie).

La région est bordée à l’ouest par la France (Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur), au nord-ouest par la Vallée d’Aoste au nord avec la Suisse (cantons deeTicino Valais), à l’est par la Lombardie, l’Emilie-Romagne la Ligurie.

Turin, première ville du Piémont, est aujourd’hui une importante ville industrielle (grâce à des industries telles que Fiat et  Aeritalia) et touristique ; elle compte environ un million d’habitants sur les 5 millions que compte le Piémont.

Huit provinces composent cette région : Alessandria, Asti, Biella, Cuneo, Novara, Torino,Verbano-Cusio-Ossola, Vercelli

Le climat est continental: chaud, et même un peu étouffant, en été dans la plaine; ça s’adoucit avec l’altitude, notamment en colline. En hiver le climat est froid mais sans excès. Les pluies sont concentrées au printemps et en automne avec parfois des orages pendant l’été.

Dans la région existe de nombreuses rivières et ruisseaux, tous affluents du Pô.

Environnement

Selon les récentes études de Legambiente, structure nationale chargée du contrôle de l’écosystème urbain, le Piémont est et haut de la liste de l’équilibre écologique et environnemental, avec la ville de Verbania, classée comme première d’Italie en termes d’environnement.

Économie

Le Piémont est la 4ème région italienne pour les exportations.

Ses ressources :

  • Agriculture :  céréales, pommes de terre, légumes, betteraves à sucre, arbres fruitiers,  viticulture
  • Elevage : bovins et porcs en particulier
  • Industrie :  très développée, en particulier celle automobile avec le groupe Fiat et ses associées  et aéronautique avec Aeritalia.

Très importants sont également:

  • le produit chimique,
  • l’alimentation (première région en Italie pour la production de chocolat), l
  • les textiles et les vêtements.

Parmi les régions italiennes, le Piémont est celui qui investit plus dans l’industrie électronique, historiquement liée à Olivetti, précurseur dans l’invention des machines à écrire et des premiers ordinateurs.

Dans le secteur des services, importants  le secteur bancaire et des assurances, ainsi que le commerce, l’édition,  le tourisme et les lacs alpins.
Plus de la moitié de la population du Piémont, vit dans-la province de Turin, une ville située au confluent du Pô dans la Dora Riparia; c’est précisément la disponibilité de l’eau qui aida la naissance des premières industries dans le passé: en effet, les usines, les fonderies et les petites boutiques d’artisanat avaient besoin d’utiliser beaucoup d’eau pour fonctionner.
au Piémont du nord l’économie est plus prospère qu’au Piémont du sud:

  • Biella est le centre le plus important de l’industrie de la laine italienne,
  • Ivrea a été, grâce à Olivetti, une ville très importante pour le secteur de la technologie
  • Vercelli est un acteur majeur dans le marché du riz européen
  • Novara est connue pour ses industries alimentaire, textile, mécanique.

A 27 km d’Asti la ville de ALBA, situé au coeur des Langhe, se distingue non seulement pour ses tartufi (les célèbres truffes d’Alba appréciée dans le monde entier) mais également pour l’industrie hôtelière.

Une autre fierté d’Alba est la présence de la maison de la confiserie Ferrero, connue à un niveau International pour ses confiseries et en particuliers pour avoir inventé la célèbre pâte à tartiner au chocolat et noisettes que nous tous apprécions : le Nutella, qui reste l’un des produits les plus populaires et exportés au monde.

La ville d’Alessadria gravite plus vers les régions de Gênes et de Milan, grâce à ses industries, dont certaines très caractéristiques, telles que de parfum et de chapeaux.
Un autre chapitre important de l’économie du Piémont est le chocolat :

la région en produit 80.000 tonnes d’une valeur  800 000 000€  et emploie 5.000 personnes. Ces dernières années, l’exportation du produit était de 30.000 tonnes.

Dans la partie nord de l’oléoduc passant par le Piémont se sont développées des industries hydroélectriques, tandis que le pouvoir thermoélectrique est produit près d’Orbassano, Alessandria, Trino et Chivasso.

Au Piémont on extrait aussi du pétrole et du gaz naturel;  remarquable également la présence de raffineries et d’usines pétrochimiques.
L’industrie de l’acier et la métallurgie l’emporte à Novi Ligure, Fossano et Turin,

la mécanique Villadossola, Omega, Gozzano, Biella, Ivrea, Novara, Verrone, Vercelli, Casale Monferrato, Chivasso, à Turin, Pinerolo, Asti, Savigliano, Fossano, Mondovi

Vous aurez compris que le Piémont est l’une des régions les plus riches de l’Italie, grâce à son développement industriel.

Tourisme

A voir absolument: Château de Venaria Reale et ses jardins (XVII° et XVIII° siècles), Château de Rivoli, Château de Stupinigi, Sacra di S. Michele (Ancien monastère sur un mont qui domine la basse vallée de Susa) (Tous les quatres sont prés de Turin); village et les deux lacs de Montaldo Dora (Prés de Ivrea); Eglise de S.Andrea (XIII° siècle à Vercelli); Ricetto di Candelo (Village fortifié du XIII° siècle prés de Biella); Abbazia (Abbaye) di Vezzolano (fresques du XVI° et XV° siècle) prés de Albugnano, entre Asti et Chivasso.

Le Piémont offre aux visiteurs une grande variété de divertissements, comme ses terres riches en ressources naturelles et en paysages. Une place importante est occupée  par le patrimoine artistique et culturel partagé entre les villes, qui  regorgent d’exemples de différentes périodes historiques:  gothique, romaine, baroque etnéo-classique à l’art contemporain.

Un paysage qui se caractérise par  de palais baroque et des résidences royales magnifiques, des églises, des châteaux, des villes thermales (Vinadio, Acqui Terme Agliano Terme  pour en nommer quelques unes)

Attractions touristiques :

La MOLE ANTONELLIANA

(Le môle d’Antonelli) à Turin :  c’est une structure du 19ème s. en maçonnerie en forme de dôme, haute 167,5 m., dont le début de la construction remonte à 1863.

Il s’agit de l’un des plus hauts édifices en maçonnerie d’Europe, et le monument qui symbolise la ville à l’instar de la Tour Eiffel pour Paris ou de la Statue de la liberté pour New York. Située via Montebello, au cœur de la ville, elle doit son nom à l’architecte qui l’a conçue, Alessandro Antonelli.

Destinée à l’origine à devenir le lieu culte de la communauté juive de Turin, elle est aujourd’hui le siège du Musée national du cinéma.


LE SAN CARLONE

(LE COLOSSE DE SAN CARLO) à ARONA (Lac Majeur)

Le Colosse de San Carlo à Arona, que les gens appellent affectueusement San Carlone, est une statue qui représente San Carlo et a été réalisé au 17è  siècle. Creuse, haute plus de 23 m, posée sur un piédestal en granit de 12 mètres, elle est visible depuis le lac.

Achevée en 1698 : la plus haute statue du monde après la Statue de la Liberté de NY.

Sa surface est de 500 m2, il est possible d’en visiter l’intérieur grâce à un escalier qui permet de monter jusqu’à 28m hauteur.

Il y a ensuite les destinations de tourisme religieux :

le tombeau d’Oropa

– le Saint Suaire, conservé à Turin qui, selon la tradition chrétienne, est le linceul qui enveloppait le Christ après sa mort sur la Croix

Il existe aujourd’hui des controverses et des doutes au sujet de l’authenticité du Linceul, mais, Malgré cela, des milliers de pèlerins et de fidèles du monde entier continuent d’affluer pour voir le visage du Christ.

Résidences royales – Province de Turin

Palazzo Madama

Le Palazzo Madama résume à lui seul toute l’histoire de la ville de Turin : la porte romaine s’est transformée en fortin au Moyen-âge avant de laisser place au XVe siècle, au château des Acaja flanqué de quatre tours angulaires. Devenu résidence des dames royales, Christine de France et Marie-Jeanne Baptiste de Savoie-Nemours, le château prend l’aspect d’un palais royal baroque. Au XIXe siècle, il prend le nom de Palazzo Madama en souvenir de la résidence des dames royales, et, à la demande de Charles-Albert, il accueille la galerie de tableaux de la maison de Savoie et le premier Sénat du royaume.
http://www.palazzomadamatorino.it

Palazzo Reale di Torino

La magnifique construction dix-septième fut la résidence des ducs de Savoie, des rois de Sardaigne et des rois d’Italie jusqu’en 1865 et subit de nombreux remaniements et agrandissements ; il garde encore la trace des interventions d’artistes majeurs qui travaillèrent à Turin.
Il est possible de visiter les appartements royaux richement décorés et meublés dans des styles allant du XVIIe au XXe siècle, qui témoignent de l’évolution du goût des souverains de la maison de Savoie. On y trouve non seulement des meubles, mais aussi des horloges, de la porcelaine et de l’argenterie.
http://www.ambienteto.arti.beniculturali.it

Palazzo Carignano

L’édifice, construit à partir de 1679, est l’une des résidences des Savoie les plus somptueuses et d’une très grande valeur architecturale, récemment inscrites au « patrimoine mondial de l’humanité » par l’Unesco. Bâti en brique apparente, il est composé d’un corps elliptique duquel partent deux ailes latérales qui referment la cour.
Sa façade est particulièrement intéressante sur le plan architectural et s’oppose à la linéarité des autres édifices turinois de l’époque. En 1848, l’édifice accueillit la Chambre des Députés du Parlement subalpin, et aujourd’hui il abrite le musée national de la Renaissance.
http://www.regione.piemonte.it

Villa de la reine

Jadis située au beau milieu des vignes, la Villa della Regina se trouve au-delà de l’église Gran Madre dans l’alignement de la Piazza Vittorio Veneto. Classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Le visiteur se laissera séduire par le grand escalier situé dans l’entrée et richement décoré, le grand salon central, les cabinets chinois, les chambres vastes et somptueuses et les jardins magnifiques. Cette demeure tire son nom de l’amour que lui portait la reine Marie-Antoinette de Bourbon.
http://www.artito.arti.beniculturali.it

Château de Valentino

En 1620, Christine de France déclara que ce château deviendrait un jour sa résidence, et il en fut ainsi lorsqu’en 1630, elle devint Duchesse de Savoie. L’élément le plus remarquable est très certainement le monumental accès situé à l’ouest avec le grand escalier à double rampe qui mène à la galerie et conduit ensuite à la Salle d’honneur dont la décoration reflète l’exaltation de la maison de Savoie. Les appartements et les chambres de cette immense résidence présentent des ornements, des moulures et des fresques d’une grande valeur artistique et symbolique.
http://www.borgomedioevaletorino.it

Reggia di Venaria Reale (Domaine de chasse royal)

Cet ensemble de bâtisses, inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco, compte parmi les principaux d’Europe par son cadre et son architecture.

L’incroyable structure de ce domaine baroque en fait l’un des exemples les plus représentatifs de la magnificence artistique et architecturale des XVIIe et XVIIIe siècles. Une beauté telle que le roi Louis XVI ordonna aux architectes français d’en faire autant au Château de Versailles.
http://www.reggiavenariareale.it

Pavillon de chasse de Stupinigi

Le pavillon de chasse de Stupinigi, doté également d’un parc et de vastes terres alentours, fut construit d’après un projet de Juvarra. Il s’inscrit dans un ensemble d’une originalité et d’une finesse extraordinaires, auquel contribuèrent de nombreux architectes. Il abrite le musée de l’art et du mobilier qui présente des meubles, des peintures et des objets d’une très grande qualité provenant soit du pavillon lui-même, soit d’autres résidences de la maison de Savoie. Il accueille également des expositions temporaires.
http://www.mauriziano.it

Palais ducal d’Agliè

Il se dresse dans l’ancien bourg d’Agliè, et est le résultat de quatre grandes phases de construction dont la première remonte au XIIe siècle. Classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Le château est entouré sur trois côtés par le parc, divisé en terrassements sur trois niveaux séparés par des compositions (à l’anglaise et à l’italienne) différentes selon les niveaux et des cultures de diverses origines.

Château de Rivoli

Stratégiquement placé sur la colline morainique qui se trouve à l’entrée de la Vallée de Susa, le Château de Rivoli domine la vaste perspective qu’offre aujourd’hui le corso Francia, l’ancienne Strada Reale de Turin, une allée rectiligne longue de 11 km tracée en 1711. D’origine médiévale et pendant de nombreux siècles avant-poste des Savoie au Piémont, c’était la résidence préférée d’Emmanuel-Philibert qui y apporta d’importants changements et où naquit son fils unique Charles-Emmanuel Ier. C’est Victor-Amédée II qui chargea Filippo Juvarra de sa reconstruction à partir d’un dessin à la fois original et grandiose qui ne fut cependant réalisé qu’en partie. Depuis 1984, ses salles anciennes accueillent le Musée d’art contemporain, ce qui crée un mariage insolite entre le passé et le présent, avec les structures et les matériaux d’avant-garde utilisés lors de la récente restructuration des lieux.
www.castellodirivoli.org

Appartements royaux de Borgo Castello

Le Borgo Castello se trouve dans le vaste Parc régional de La Mandria. La plus vaste forêt de la plaine du Pô se trouve dans ce domaine historique, naturel et riche d’un abondant gibier. Victor Emmanuel II y séjourna à partir du 17 août 1859 avec ses deux enfants et son épouse morganatique, la roturière Rosa Vercellana surnommée la « Bela Rosin ». La famille occupa les appartements du premier étage qui, plus intimes et plus simples que ceux des résidences officielles, étaient cependant richement meublés selon le goût bourgeois de l’époque. L’atmosphère qui domine est celle de la vie privée et, même si un long mur qui témoigne encore aujourd’hui de la présence du domaine fut construit pour maintenir à distance les curieux, la demeure royale reflétait bien le caractère à la fois pur, libre et désinvolte du souverain.
www.parcomandria.it

Château de Moncalieri

Les origines du Château de Moncalieri remontent au XIIIe siècle. Agrandi au cours de la seconde moitié du XVe siècle par Yolande de Valois puis, à la fin du XVIe siècle par Charles-Emmanuel Ier, on doit son organisation actuelle aux transformations réalisées au cours du XVIIe siècle par Padre Costaguta et Amedeo di Castellamonte suivant les volontés de Victor-Amédée Ier et de Christine de France. C’est aujourd’hui le siège du 1er Bataillon des carabiniers « Piemonte », exception faite des trois appartements royaux affectés à la Direction des Biens culturels et architecturaux du Piémont. Il est à l’heure actuelle fermé pour restauration.
www.ambienteto.arti.beniculturali.it

Eglises, Abbayes et Monts Sacrés

Situés face aux lacs, encaissés entre les montagnes ou regroupés en petits villages fortifiés dans la plaine, dans le Piémont, les innombrables édifices religieux représentent une mine d’art, d’histoire et d’architecture unique, symbole d’une forte spiritualité et d’une dévotion populaire aux origines lointaines. Des Sacri Monti, véritables trésors d’architecture et d’art sacré, situés dans des décors naturels fabuleux, aux abbayes perchées au sommet de pitons rocheux ou installées aux pieds de sentiers de montagne, en passant par les imposants sanctuaires des grandes villes, tous témoignent d’un travail remarquable.

Cathédrale St Jean-Baptiste

Dédiée au saint patron de Turin, la cathédrale San Giovanni Battista est l’unique exemple d’architecture renaissance de la ville. Elle fut érigée sur trois églises préexistantes entre 1491 et 1498 à la demande du cardinal Domenico della Rovere. Le dôme, avec un plan à trois nefs, est surmonté d’une coupole octogonale et flanqué de 13 chapelles, dont la deuxième en partant de la droite a été peinte par Defendente Ferrari. La façade de la cathédrale, en marbre blanc, avec un tympan et trois portails décorés de reliefs, aux formes renaissances élégantes, s’inspire peut-être de l’église contemporaine de Santa Maria del Popolo à Rome.

Basilique de Superga

Voulue par Victor-Amédée II après réalisation d’un vœu et dédiée à la naissance de Marie, la basilique fut érigée par Filippo Juvarra entre 1717 et 1731, à un endroit stratégique. La coupole est flanquée de deux clochers symétriques, qui se greffent sur les ailes du couvent annexe. L’intérieur en plan circulaire s’ouvre sur deux chapelles principales et quatre secondaires. Dans les sous-sols, se trouvent les tombes des rois, de Victor-Amédée II à Charles-Albert, et des princes, enterrés à partir de 1731. À l’extérieur, derrière l’église, une plaque marque l’endroit où en 1949 s’écrasa un avion, à bord duquel se trouvaient trente-et-une personnes, parmi lequel se trouvaient toute l’équipe de football de Turin.

Informazioni:
http://www.basilicadisuperga.com

Sacra di San Michele

Elle a été l’une des abbayes bénédictines les plus célèbres de l’Italie septentrionale et compte parmi les plus grands complexes architecturaux d’époque romane en Europe. Elle fut érigée entre 983 et 987 en réponse à une nécessité et à la culture du pèlerinage, et se situe à mi-chemin entre le Mont Saint-Michel et le Gargano. Symbole du Piémont, cette église domine la vallée de Suse depuis le pic rocheux du mont Pirchiriano.

On y accède par un escalier très raide creusé dans la roche (Scalone dei Morti, ou escalier des morts), avant de s’arrêter devant la fameuse porte du zodiaque (Portale dello Zodiaco) (XIIe siècle), œuvre du Maître Nicolò. Sur les terrasses, on peut admirer la vue qui s’étend des sommets les plus hauts à la ville de Turin au loin.
http://www.sacradisanmichele.com

Precettoria di Sant’Antonio di Ranverso

C’est l’un des très rares témoignages de construction gothique réalisée en brique. La Precettoria remonte au XIIe siècle, lorsqu’en 1188 fut confiée aux Hospitaliers de Saint-Antoine-de-Viennois, la charge des personnes atteintes de la lèpre et d’herpès zoster (zona). Au XVe, elle s’est enrichie de décorations en terre cuite qui ornent aujourd’hui encore les arcs d’entrée de l’église et la façade de l’hôpital. À l’intérieur, on peut admirer les superbes fresques du XVe, réalisées par Jaquerio et, sur l’autel, le grand polyptyque du Defendente Ferrari.
http://www.mauriziano.it
http://www.montagnedoc.it

Abbaye de Novalesa

Fondée en 726, l’abbaye Santi Pietro e Andrea a atteint à l’époque carolingienne (IXe siècle) le summum de sa splendeur, en accueillant plus de cinq cents moines. Charlemagne lui-même y séjourna un certain temps avant d’attaquer les Lombards du roi Didier aux cluses de San Michele, contribuant ainsi au développement de l’abbaye. C’est à cette période qu’est inaugurée la célèbre bibliothèque dans laquelle les moines copistes transcrivirent et ornèrent les manuscrits. Du parc sont visibles 4 chapelles médiévales, parmi lesquelles se trouve la remarquable chapelle Sant’Eldrado, ornée de fresques du XIe siècle.
http://www.abbazianovalesa.org
http://www.montagnedoc.it

Mont sacré de Crea

Il fut édifié à partir de 1589 par Costantino Massino, prieur de l’ancien sanctuaire de Marie qui se dresse sur les collines du Montferrat.


Les chapelles, dédiées initialement à la vie de Marie, sont disposées selon un parcours sur fond de dévotion plutôt raide, qui va de l’église à la chapelle du Paradis. À la suite de destructions survenues au début du XIXe, le complexe a été amplement remanié.
http://www.parcocrea.it

Abbaye de Santa Giustina

Les historiens attribuent la construction de l’église d’origine au roi lombard Liutprando en 722. Elle présente des formes romanes de la première moitié du XIe siècle avec des éléments datant des XIVe et XVe siècles. L’église a une imposante façade en brique subdivisée par des pilastres et est couronnée d’arcs suspendus. Les fresques des XIVe et XVe siècles de l’abside et de la voûte, ainsi que le dallage en mosaïque du XIe siècle de la crypte sont remarquables. Au cours des travaux de restaurations, des fresques datant des Xe et XIe siècles ont été découvertes, ainsi que les décorations de l’abside centrale qui remontent à la seconde moitié du XVe siècle.

Abbaye de Santa Maria di Vezzolano

Fondée en 1095, en 1159 Fedrico Barbarossa en devient le protecteur. La façade romano-lombarde, construite en brique et en grès, est rehaussée par trois rangs de colonnes aveugles. L’intérieur est dans un style début gothique d’influence française, et les cinq arcades reposant sur des colonnes présentent un intérêt tout particulier. L’autel est surmonté d’un triptyque du XVe réalisé en terre cuite polychrome, tandis que se détachent de très beaux chapiteaux sculptés, ornés de frises toutes différentes les unes des autres. Sur le portique du cloître, côté nord, se trouve l’une des peintures les plus célèbres du Piémont ancien, qui date du XIVe siècle.
http://www.comune.asti.it
http://www.ambienteto.arti.beniculturali.it

Sanctuaire de don Bosco

C’est ici que sont plantées les racines du grand arbre de la famille salésienne dans le monde entier. Le temple de Don Bosco, qui se dresse sur le col natal de San Giovanni Bosco, a été voulu par les Supérieurs salésiens au terme de la Seconde Guerre mondiale. Le projet comprend deux églises superposées. La première pierre fut posée en juin 1961 et, en quelques années, la structure complète fut achevée. Toutefois, au début, seule l’église inférieure était conforme aux normes de sécurité.
http://www.colledonbosco.it

Sanctuaire de la Madonna di Oropa

Le plus important de l’arc alpin, il est situé dans une charmante cuvette à 1 200 m d’altitude et est lié au culte de la Vierge noire. Cet ensemble monumental est le fruit des grands architectes de la maison de Savoie, Pietro Arduzzi et Filippo Juvarra, et est composé d’un cloître avec l’ancienne basilique, de la nouvelle basilique et des corps latéraux. Il est possible de visiter la collection d’ex-voto, située dans les galeries qui parcourent les bâtiments, les appartements royaux, l’observatoire météo-sismique, la bibliothèque et le musée du trésor du sanctuaire. Adjacent au complexe, se dresse le mont sacré, récemment inscrit au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco.
http://www.santuariodioropa.it
http://www.atl.biella.it/on-line

Baptistère de San Giovanni Battista

Peu après le village de Campiglia, dans la vallée du Cervo, un sentier agréable à travers la nature mène à 1 020 m d’altitude, au sanctuaire de San Giovanni Battista d’Andorno. L’église d’origine fut érigée au XVIIe siècle, puis agrandie au cours du siècle suivant et complétée par un cloître magnifique, le rectorat, le portique et d’autres bâtiments destinés à l’hospitalité. À l’intérieur de l’église, outre la statue en bois du saint située dans une niche creusée dans la roche, on peut admirer les diverses œuvres des Galliari d’Andorno.
http://www.atl.biella.it

Sanctuaire de Graglia

Sanctuaire dédié à la Madone de Loreto, réalisé sur un projet de plusieurs architectes dont Pietro Arduzzi et Bernardo Vittone. Outre l’église à croix grecque avec une coupole octogonale décorée par Fabrizio Galliari, le sanctuaire comprend également une bibliothèque qui renferme de nombreux textes anciens et les quatre chapelles du mont sacré (1664-1684) dédiées à la Nativité, à l’Adoration des Mages, à la Présentation au Temple et à la Circoncision, ornées de statues en terre-cuite polychromes.
http://www.atl.biella.it

Abbaye de Santa Maria di Staffarda

Elle fut fondée dans la première moitié du XIIe siècle par des moines cisterciens. Le complexe comprend une église avec un superbe cloître à colonnes géminées (conservées uniquement sur les façades nord et ouest), des bâtiments monastiques (notamment l’hôtellerie, le réfectoire et la salle capitulaire) et neuf fermes.
Le polyptyque en bois peint et doré, œuvre de Pascale Oddone exécuté vers 1531-1533, accroché au-dessus du maître-autel, est admirable. L’hôtellerie où étaient accueillis les voyageurs et la galerie du marché, une immense construction gothique, viennent compléter l’ensemble.
http://www.mauriziano.it

Chartreuse de Santa Maria dans la vallée Pesio

C’est un magnifique complexe religieux de style fin renaissance, fondé en 1173. Centre de la vie culturelle et spirituelle pendant plus de six cents ans, sa présence conditionna économiquement et du point de vue naturaliste la vie de la vallée. À l’intérieur, le cloître est particulièrement intéressant, tout comme la stupéfiante galerie qui fait face à l’entrée principale de la chartreuse et qui révèle quelques peintures du XVe et une vue imprenable sur la haute vallée, ainsi que l’église Notre-Dame de l’Assomption (du XVIe siècle), dont l’entrée offre encore une vision des quelques structures liées au travail pratique de la subsistance alimentaire des moines.

Località Certosa di Pesio
12010 San Bartolomeo (Cn)
Tel. +39 0171 738123 – fax +39 0171 738284.
http://www.certosadipesio.org

Sanctuaire de Vicoforte

Ce monumental complexe architectural dévoile les diverses phases successives de construction de l’arc qui durèrent plus de deux siècles. La partie inférieure, démarrée en 1596 par l’architecte Ascanio Vitozzi, présente les caractéristiques de la fin renaissance. En haut, l’imposant tambour qui soutient la coupole de forme elliptique, œuvre de l’architecte Francesco Gallo fut construit vers 1710, tandis que l’énorme coupole ovale fut renforcée et construite en seulement 5 mois. À l’intérieur, le « poema pittorico » (poème pictural), une série de fresques qui couvre une superficie de plus de 6 000 m², fut achevé en 1752 par Mattia Bortoloni et Felice Biella.
http://www.santuariodivicoforte.com

Abbaye de San Nazzaro et San Celso

L’abbaye bénédictine est le plus grand complexe abbatial de toute la province de Novare et de Vercelli, voulue en 1040 par l’évêque de Novare Riprando, descendant de la famille des nobles de Biandrate, en ordonna la construction sur un ancien monastère bénédictin abandonné. Le complexe est entouré de hauts murs défensifs flanqués de tours rondes angulaires et d’une tour d’accès. L’église, construite au XV siècle, est un parfait exemple d’architecture gothique-lombarde. Sur les murs latéraux, figurent deux fresques quattrocento. Le cloître du XVe est de forme carrée et possède de grandes arcades avec des voûtes d’arêtes. De riches ornements en brique viennent embellir les murs qui entourent le cloître. La série de fresques de la fin du XVe siècle qui décorent les murs du portique et représentent les épisodes de la vie de Saint Benoît sont remarquables.
http://www.lamedelsesia.vc.it
http://www.provincia.novara.it

Coupole de San Gaudenzio

L’actuelle basilique, construite sur le point plus élevé de Novare, fut édifiée entre 1577 et 1690 après la destruction ordonnée par Charles Quint de la vieille basilique située à l’extérieur du mur d’enceinte. Un élément qui retient toute l’attention est la coupole-tour, dont l’architecture peut être décomposée en une série de cercles qui s’élèvent vers le ciel, œuvre avec laquelle Antonelli a atteint les limites du possible dans l’art de la construction en brique et a réalisé les structures de maçonnerie les plus osées de l’histoire de l’architecture mondiale.
http://www.fablap.it

Abbaye de Dulzago

Elle se dresse sur un bas promontoire morainique qui domine une plaine fertile, sillonnée par les eaux du torrent Terdoppio. L’ancienne abbaye de Dulzago, dédiée au prêtre San Giulio, a été bâtie par des chanoines réguliers au début du XIIe siècle pour assurer des fonctions spirituelles auprès des populations paysannes des villes environnantes au cours du Moyen-âge. En tant que centre de production agricole, la cénobie accueillit les familles des fermiers qui cultivaient les anciennes terres chanoines. Dans l’église de San Giulio, des fresques du XVe siècle, réalisées par des maîtres travaillant dans le nord de l’Italie, ont été récemment découvertes et restaurées.
http://www.badiadidulzago.it

Abbaye Isola di San Giulio

Le cadre est d’une beauté incroyable. Le touriste est vite accueilli sur l’île, au beau milieu du lac d’Orta,  par un petit escalier qui mène à la somptueuse basilique romane, sûrement le principal attrait du lieu.

L’église actuelle à trois nefs, de plan roman mais qui a subi de nombreux remaniements au cours des siècles suivants, fut construite au XIIe siècle, sur le modèle de l’ancienne cathédrale de Novare. À l’intérieur, est conservé un précieux ambon en marbre noir sculpté et soutenu par des colonnes, chef-d’œuvre de sculpture romano-lombarde du XIIe siècle.

Via Basilica n.5 – Isola San Giulio
Tel. 0322.905010
28016 ORTA SAN GIULIO (NO)
http://www.lagodorta.com
http://www.illagomaggiore.com

Mont sacré du Calvaire

L’histoire du col de Mattarella, sur lequel se dresse le complexe du mont sacré du Calvaire, remonte à loin. Ce fut lors du Carême de 1656 que deux frères capucins du couvent de Domodossola, proposèrent la réalisation du mont sacré du Calvaire, en mémoire de la passion du Christ. Deux ans plus tard, on commença la construction du sanctuaire du très saint crucifix (Santuario del SS. Crocifisso) ; l’année suivante s’éleva au début de la Via Crucis un grand arc d’entrée, qui fut démoli au XIXe siècle. Par la suite, on construisit les chapelles, l’Oratoire de la Madonne des Grâces (Madonna delle Grazie) et la Santa Casa de Loreto.
info@sacromontedomodossola.it

Mont sacré de la Sainte Trinité de Ghiffa

Le mont sacré se situe dans un lieu magnifique surplombant le lac Majeur à 360 m au-dessus du niveau de la mer.

Un complexe baroque inachevé qui renvoie au style borroméen et aux modèles architecturaux des monts sacrés d’Orta et de Varèse.
La partie la plus ancienne est composée du sanctuaire dédié à la Sainte Trinité, construit sur les vestiges d’un ancien oratoire remontant aux XIIe et XIIIe siècle
, et subit des remaniements successifs. L’église fut achevée en 1904, lorsque l’abside fut entourée d’un chœur polygonal qui en répète le résultat.
Sur les pentes du mont Cargiago, s’étendent environ 200 hectares de réserve naturelle, parcourues par de nombreux sentiers bordés de murets en pierre sèche et de chapelles votives typiques.
http://www.sacromonteghiffa.it

Abbaye de Sant’Andrea

L’église de Sant’Andrea à Verceil est certainement le monument le plus connu de la ville. La basilique, sûrement l’une des œuvres architecturales italiennes qui se rapproche le plus du style gothique français, fut édifiée entre 1219 et 1227 à la demande du Cardinal Guala Bicchieri. L’intérieur est en forme de croix latine, avec l’espace réservé au chœur selon un plan rectangulaire et conserve de splendides confessionnaux baroques et des fresques du XIVe. Les incrustations ciselées datant de 1511 et situées dans le chœur de la chapelle Sant’Andrea méritent le coup d’œil.
http://www.vercelli.net

Mont sacré de Varallo

C’est le plus ancien des monts sacrés. Sa construction date de 1491, avec la première chapelle, le sépulcre du Christ, parfaite imitation du Lieu Saint de Jérusalem.

En moins de 25 ans, plus de 21 chapelles représentant les lieux de la Palestine furent édifiées et enrichies de peintures et de sculptures. Architecture, statues et fresques furent réalisées avec des techniques et matériaux typiques de la tradition et de l’économie locale. Un mur d’enceinte, construit dans la seconde moitié du XVIe siècle, délimite le parc, modelé par l’homme et resté inchangé, du bosquet extérieur.
http://www.santuari.it

Église de Santa Maria delle Grazie

L’église est de style gothique, exprimé ici dans une version plutôt sobre. Nous trouvons à l’intérieur la répartition typique à savoir un espace réservé aux fidèles et un pour les religieux, séparés par un mur, avec trois arcs en ogive. À l’intérieur, le vaste cycle de fresques représentant 21 scènes de la vie de Jésus, chef-d’œuvre de Gaudenzio Ferrari et premier modèle du récit que l’artiste exécutera au mont sacré.
infovarallo@atlvalsesiavercelli.it

Abbaye de la principauté de Lucedio

Il serait plus juste de définir la principauté de Lucedio, et son abbaye Santa Maria, comme un monastère fortifié. L’abbaye fut fondée en 1123 sur des terres offertes par le Marquis Rainier de Montferrat à des moines cisterciens qui assainirent le territoire et introduisirent, aux alentours de l’an 1400, la culture du riz. Aujourd’hui, l’abbaye est une exploitation agricole moderne qui a su toutefois préserver son cadre moyenâgeux. Au-delà de l’enceinte fortifiée, on peut encore admirer l’église du peuple, l’église abbatiale, le singulier clocher octogonal dans la partie supérieure mais carré à la base et naturellement la salle capitulaire en forme de quadrilatère et partagée par quatre colonnes.

http://www.atlvalsesiavercelli.it

http://www.principatodilucedio.it

Itinéraires Culturels

Alessadria, Marengo et Valenza Po

La ville d’Alessandria, chef-lieu de la province éponyme, est située au centre du triangle Turin-Gênes-Milan.

A Marengo eut lieu l’un des évènements les plus marquants de l’histoire politique et institutionnelle d’Europe (la bataille de Marengo). Le tout relié à l’art de l’orfèvrerie qui a fait de la province d’Alessandria l’un des principaux acteurs du marché de l’orfèvrerie mondial.

Acqui, Val Bormida, Orba, Erro et Ovada

Un voyage où le temps s’arrête et où règne l’hospitalité de la tradition paysanne, la beauté des châteaux anciens où l’on se disputa les territoires du Montferrat, le passé des anciens tracés religieux du Moyen-âge et la modernité des célèbres cures thermales d’Acqui Terme. À Ovada, vous pourrez visiter la capitale historique de la vallée d’Orba, qui compte aujourd’hui 12 800 habitants et qui, à la confluence des torrents Orba et Stura, constitue l’un des plus importants passages des Apennins, entre la plaine du Pô et la mer Ligure.

Saluces, ville d’art
De petites vacances chargées de suggestions culturelles dans la petite ville piémontaise surnommée la petite “Sienne des Alpes” riche en atmosphères d’antan et en bâtisses du Moyen Age et de la Renaissance pour un séjour unique à l’enseigne de la culture.

SHOPPING ET REVOCATION MEDIEVALE A BIELLA

La localité de Biella est connue surtout pour sa production manufacturière et textile, mais elle possède aussi d’importantes richesses touristiques.
Elle permet au visiteur de s’adonner au shopping avec la présence des marques les plus prestigieuses de la mode italienne (Gucci, Sergio Rossi, La Perla, Ermenegildo Zegna, Agnona, Vogart Sunglasses en réduction à -40%) le long de la rue des Outlets, au sein d’immenses villages commerciaux tels le « The Palace Luxury Outlet » et « Biella Factory Outlet », centres de grande dimension  où on trouve les articles des cinq plus grandes griffes de la mode : Calvin Klein, Diesel, Guess, Levi’s Dockers, Miss Sixty , avec des réductions de 40% à 50%.

Il y a également « Outlet Beta » où est présente la marque Fred Perry

Et après les shopping on peut se détendre en découvrant Candelo, l’un des plus magnifiques bourgs historiques d’Italie.

Ricetto di Candelo est un vrai village du moyen âge, avec ses maisons en pierres, se cantines et ses beautés artisanales. On peut le visiter au cours d’une promenade guidée interactive avec des personnages déguisés en costumes médiévaux.

À la découverte du paysage de la plaine de Novare

Sur le territoire des communes de Vespolate, Tornaco, Terdobbiate, Nibbiola, Garbagna et Borgolavezzaro, à travers le parc de la bataille, à la découverte des paysages du bas Novarese, entre collines, rizières, canaux et fermes historiques.
http://www.turismonovara.it

Verceil et Vercellese, terres d’eau et d’art

De Verceil, au cœur des vastes rizières de la plaine, avec l’abbaye de Sant’Andrea, le centre historique et les musées, jusqu’à l’exploitation Cascina Veneria et à l’abbaye de Lucedio.

La route de la laine

Ce parcours connu depuis des siècles sous le nom de « Route de la laine » relie sur 50 km Biella à Borgosesia à travers la vallée Strona et la Valsessera, où est née l’industrie textile de la région de Biella. L’itinéraire vous entraîne à la découverte d’anciennes filatures, dont beaucoup sont toujours en activité, de monuments d’archéologie industrielle, de villages ouvriers. La route conduit à l’usine de la roue à Pray, symbole du patrimoine industriel du Biellese.
http://www.atl.biella.it

Les collines du Biellese oriental

Un itinéraire de 50 km entre les collines où sont produits les meilleurs vins AOC du Biellese oriental, entre forêts et réserves naturelles, bourgs médiévaux (Ricetto di Candelo, ex-principauté de Masserano) et art contemporain (Cittadellarte Fondation Pistoletto à Biella ; Bondarte, charmant bourg peint près de Mezzana Mortigliengo).
http://www.atl.biella.it

L’Oasis de Zegna et les sanctuaires du Biellese

Avancez-vous jusqu’au nord du Biellese pour admirer les vues impressionnantes de l’Oasis de Zegna et visiter les sanctuaires de San Giovanni d’Andorno, Graglia et Oropa, trésors d’art et de spiritualité et point de départ de splendides excursions en pleine nature.
http://www.atl.biella.it

Musées

Au Piémont, les musées se comptent par centaines : historiques, scientifiques, ethnographiques, artistiques ou renfermant des curiosités et des bizarreries. De l’excellence du musée égyptien et des collections d’art contemporain très raffinées aux charmes du costume traditionnel des vallées montagnardes ; de la préciosité des trésors royaux, aux raretés de l’histoire de l’automobile ou du cyclisme, sans oublier les collections minutieuses et originales comme celles dédiées aux parapluies, aux fruits ou au dur métier de ramoneur.

Un patrimoine qui rend hommage à ses propres racines.

A voir absolument: Musée du cinéma, musée égyptien (Le deuxième au monde après celui du Caire), et le musée de l’automobile ;

Musée égyptien

Le musée égyptien de Turin, le deuxième seulement après celui du Caire, est dédié exclusivement à l’art et à la culture de l’Égypte ancienne. Aujourd’hui, près de 6 500 pièces, sur les 26 mille conservées dans les réserves du palais, sont exposées dans les salles du musée d’antiquités égyptiennes. Le visiteur pourra admirer de véritables chefs-d’œuvre comme le Livre des morts de Djedkhonsouiouefankh, la Mensa Isiaca (table isiaque) ou encore le temple rupestre d’Ellesiya.

http://www.museoegizio.it

Palais Madame et Musée municipal d’art ancien

Le Palazzo Madama, cœur antique et enchanteur de la ville, résume toute l’histoire de Turin : la porte romane initiale est devenue fortin au Moyen-âge, puis château au XVe siècle, avant de se transformer en palais baroque des « Madame » royales. L’intérieur, récemment restauré, accueille le musée municipal d’art ancien avec ses superbes chefs-d’œuvre (peintures, céramiques, pièces d’orfèvrerie, sculptures) exposés dans la tour des trésors.
http://www.palazzomadamatorino.it

Musée national de la Renaissance italienne

En 1848, le roi Charles-Albert réunit, dans l’un des palais baroques les plus célèbres de Turin, la Chambre des députés du royaume de Sardaigne (Parlement subalpin), qui depuis y siège encore.
Entre 1864 et 1872, le palais fut agrandi pour accueillir le premier parlement de l’Italie réunifiée
. En 1927, on y exposa uniquement des documents, des reliques, des armes, des uniformes, des drapeaux et des œuvres d’art qui racontaient l’histoire de l’Italie depuis la fin du XVIIIe siècle jusqu’à la Première Guerre mondiale.

Palazzo Carignano
http://www.regione.piemonte.it/cultura/risorgimento

Musée national du cinéma

Installé dans le monument qui symbolise la ville de Turin, la Mole Antonelliana, le musée national du cinéma s’étend sur 3 200 m², répartis sur cinq niveaux : les débuts du cinéma, la machine cinématographique, la collection d’affiches, les vidéoprojecteurs et la grande Salle du temple. Une scénographie spectaculaire contribue à mettre en valeur les pièces de la riche collection de la fondation Maria Adriana Prolo : lanternes magiques, boîtes optiques, photographies, dessins, maquettes et bien d’autres objets insolites.
http://www.museonazionaledelcinema.org

Musée national de l’automobile

Le musée, l’un des plus importants d’Europe, présente l’évolution de l’automobile des balbutiements jusqu’aux années quatre-vingt, à travers plus de 150 modèles originaux, maquettes, gravures, affiches et illustrations d’époque.

Il possède de nombreuses pièces uniques ou rares et consacre une section aux voitures de course. Le musée inclut une librairie très bien achalandée, proposant de nombreux livres sur l’automobile et une salle qui retrace l’histoire du pneumatique, et accueille des expositions temporaires.
www.museoauto.it

Musée national de la montagne

Fondé en 1874 par le Club alpin italien, le musée présente une large documentation sur les aspects naturels et environnementaux de la montagne, ses traditions, la pratique de l’alpinisme sous toutes ses formes et accueille également des expositions. L’institution possède une activité riche et variée à l’échelle nationale et internationale et gère sur place deux centres de documentation et une cinémathèque historique.
http://www.museomontagna.org

Art contemporain

Berceau dans les années 60 de l’art pauvre, Turin est la capitale italienne et l’une des capitales européennes de l’art contemporain grâce à ses superbes musées et collections. La ville compte quatre grandes institutions : le Castello di Rivoli, la Galleria d’Arte Moderna e Contemporanea, la Fondazione Sandretto Re Rebaudengo per l’Arte et plus récemment la Fondazione Merz. L’art est aussi un marché, c’est donc naturellement à Turin que se déroule Artissima, le premier salon d’art contemporain en termes d’importance ; tous les 3 ans, cette manifestation connaît son apogée lors de la triennale T-Torino Triennale Musei qui mène au cœur de la ville les meilleurs jeunes créateurs du monde entier.

Castello di Rivoli: www.castellodirivoli.it
Galleria d’Arte Moderna e Contemporanea: www.gamtorino.it
Fondazione Sandretto Re Rebaudengo: www.fondsrr.org
Fondazione Merz: http://fondazionemerz.org

Avec ses collines verdoyantes, ses montagnes et ses plaines, le Piémont est considéré comme l’excellence dans la région située au pied des Alpes, où l’ont peut admirer de belles cimes et massifs éternellement enneigés parmi les plus élevés en Europe, comme le Monte Rosa, mentionné par Leonardo, et le Monviso, d’où jaillissent les eaux de la rivière Po.

Curiosité : Piémont signifie « pied de la montagne »  : c’est l’une des régions les plus riches d’Italie en termes de variété gastronomique et œnologique

Le tourisme gastronomique est très développé dans cette région, où les vacances se font souvent à la ferme et les hôtels offrent une véritable cuisine traditionnelle du Piémont et de vins de haute qualité garantie par les dénominations DOC (Denominazione di origine controllata) et DOCG (Denominazione di origine controllata garantita): Asti Spumante, Barbera , Grignolino, le Dolcetto, Nebbiolo et Barolo ou Barbaresco, qu’on trouve également dans des ventes aux enchères d’envergure internationales, au pair avec les vins français les plus réputés de Champagne, de Bourgogne et Bordeaux ; les vins piémontais peuvent être dégustés directement auprès des producteurs ou dans les nombreux établissements vinicoles, les cavistes, dans bars à vins et les caves.

L’offre touristique comprend également les produits typiques de la campagne, des légumes, de fruits en passant par quelques-unes des viandes les plus recherchées et prisées dans le monde, le bovin de  « race piémontaise ». Non moins importants sont le fromage (Robiola), la charcuterie et les saucisses. Partout dans le menu touristique, la fameuse truffe d’Alba.
En outre, la région compte deux des établissements les plus renommés de la cuisine italienne, l’école de cuisine ICIF – Institut culinaire italien pour les étrangers, qui a ouvert en 1997 et est situé dans le prestigieux château médiéval Costigliole d’Asti, ainsi que L ‘Université des Sciences Gastronomiques, connue sous le nom d’ »Université du Goût» à Pollenzo, fondée par Slow Food, dont la philosophie est basée sur la protection et la diffusion des produits de haute qualité. Leurs programmes sont suivi par des étudiants de différents pays qui deviendront des chefs de succès et ces établissements attirent des touristes du  monde entier, curieux de découvrir le « plaisir de manger sainement» par excellence.

Le Piémont a une tradition importante pour le folklore populaire: festivals, foires, Palios, des démonstrations culinaires et des reconstitutions historiques.

Exemples : le carnaval d’Ivrea, celui de Vercelli, le Palio d’Asti, l’Asti Festival, le Festival du raisin, la fête du monastère de Polentonissimo Bormida et beaucoup d’autres réputés aussi bien au niveau national qu’International.

Du point de vue du tourisme dans les Alpes, la région Piémont a, ces dernières années, également été distinguée pour ses stations de ski de renommée internationale, où vous pourrez pratiquer le ski alpin, le ski, le snowboard et la luge.  Sestrière est l’un des sites les plus connus, avec Bardonecchia et Limone Piemonte. D’utres stations de ski renommées sont Alagna Valsesia, Macugnaga ; à l’est du Monte Rosa, Mottarone, avec ses pistes panoramiques avec vue splendide sur les grands lacs pré-alpins (Lago Maggiore, Lago d’Orta), la zone Mondolè Ski (Artesina, Prato Nevoso, Frabosa Soprana) et l’Alpe di Mera.

Les passionnés d’escalade seront ravis de grimper sur le relief piémontais.

Récemment créés, en général à proximité des stations de ski, des centres de bien-être qui, étant placé dans les régions alpines ou à haute valeur naturelle et paysagère, attirent des touristes de l’étranger et d’autres régions tout au cours de l’année.


Et en dernier mais pas moins important, le tourisme axé sur l’amélioration des lacs dans le Piémont, à partir du lac Majeur, fréquenté par les amants de la riche végétation, des trésors artistiques et naturels, des montagnes environnantes et du véritable joyau naturel composé par les îles Borromées, qui accueille chaque année des milliers de touristes.

Manger, boire

Au  Piémont tout a une saveur et un parfum. Champignons et truffes, qui dégagent un arôme boisé et automnal. Fromages des alpages, tommes et fromages de chèvre, plantes de haute montagne transformées en liqueurs aromatisées, saucisses et saucissons au goût relevé, vins très réputés (Barolo, Barbera, Moscato et autres).
Ingrédients d’une cuisine qui sait être sobre et savoureuse, mais aussi raffinée et délicate, le terroir offre de véritables régals pour les papilles.

La nature différente du Piémont, entre les collines de Langa, du Monferrato et du Canavese, la plaine autour de Novara et Vercelli, les fleuves, les montagnes, se réfléchit dans la variété de sa cuisine, qui utilise des viandes bovines, gibier, légumes poisson d’eau douce, champignons et truffes. Les deux éléments fondamentaux de la gastronomie piémontaise sont le beurre et les produits apparentés quel le lait, la crème, le fromage et le vin qui ne se contente pas de paraitre  sur la table, mais il s’invite souvent dans la marmite pour donner sa saveur aux viandes,  risotti, sauces.

Quelques plats typiques du Piémont

En novarese, zone des rizières, vous pourrez déguster la Paniscia, un risotto avec des haricots, du lard, de la couenne de porc, des saucisses et du chou, dans le mostaccioli Cuneo, des biscuits, du vin et d’épices.
Une recette du célèbre Lac d’Orta située entre les provinces de Novara et le Verbano-Cusio-Ossola, est le tapulon, la viande d’âne.

À Turin : la tanche d’or , un poisson traditionnellement frit puis mariné dans une émulsion de vinaigre, de vin blanc et aromates.

A Cherasco les escargots
A Mombaruzzo les macarons

A Vercelli les Bicciolani : biscuits épicés

Pain et pâtes alimentaires:

  • Grissini, l’invention du Piémont, l’exportation de produits à succès international (les petits bâtons de Turin dont Napoléon était friand)
  • Plain – Rabaton – (Sorte de gnocchis aux épinards);
  • Miacce, gaufres salés et croustillantes, typiques de la province de Vercelli.

*Agnulot, Agnolotti

Les agnolotti-maison sont une sorte de raviolis préparés avec une farce de viande de veau et de porc, jambon, œufs, gressins émiettés, plusieurs autres ingrédients dont la noix muscade. Ils peuvent être assaisonnés aux lamelles de truffe ou au beurre et sauge, au jus de rôti, à la viande hachée et tomates, au ragoût, avec beaucoup de parmesan râpé.

*Tajarin

Un autre plat typique: appelées également tagliatelle ou tagliolini (tajarin), ce sont des pâtes fraîches aux oeufs assaisonnées au beurre rissolé et aux truffes.

Un plat habituel de la cuisine piémontaise est

*le risotto, préparé selon différentes recettes

  • au Barolo
  • aux Asperges
  • aux grenouilles
  • aux truffes
  • et au CHAMPAGNE : exceptionnel
  • Ris e coj (riz avec choux)

et puis, les gnocchi de pommes de terre alla bava et les lasagne all’albese.

Quelques autres spécialités portant le label Turin ou Piémont :

  • Poivrons farcis de riz à la turinoise ;
  • Escargots et saucisse, escargots en sauce de tomate,
  • Veau farci au vin Barolo,
  • Polenta et fonduta, polenta consa (avec fonduta et truffes), polenta carbonade avec fonduta et ragoût.
  • Truites des nombreux élevages et torrents, à la saveur délicate, préparées en manière excellente, au beurre et à l’huile.
  • Poulet sauté chasseur,
  • grenouilles frites et à la vercellese
  • Artichauts farcis à la Turinoise, avec viande de veau, poulet, truffes, jambon cuit.
  • Steak à la Grissinopoli ou à la turinoise, pané avec des graissin émiettés grossièrement (au lieu de la chapelure), de sorte à en conserver la saveur caractéristique et l’effet croquant
  • et pizza à la piémontaise, aux poivrons jaunes, rouges et verts émincés.
  • La truffe blanche ou trifola (tuber magnatum Pico)

est la saveur par excellence de la gastronomie piémontaise. Ce précieux tubercule que l’on trouve, en particulier, dans la région de Alba, Asti et dans le Monferrato est un mystère poétique du monde gastronomique.

Il est très difficile de décrire son goût, très agréable et unique, et son parfum pénétrant, aïgu et subtil. Le bouquet évoque l’arome de l’ail, du foin, de la terre mouillée, du miel, du champignon et des épices; on dit qu’elle posséderait des pouvoirs aphrodisiaques.

En Octobre et en Novembre au Piémont la « Fiera del tartufo » accueille des amateurs du monde entier malgré son prix élévé : compter entre 400 et 600 € pour 100 grammes; les meilleures pièces se vendent aux enchères et finissent sur les tables des puissants du monde.

Contrairement aux idées reçues, la « chasse aux truffes » est très réglementée et nécessite un permis, comme pour la chasse au gibier. La truffe ne se cherche pas par le biais du flair d’un cochon mais d’un chien (en effet avez-vous déjà essayé de dresser un cochon?); et encore, pour en préserver le parfum et la saveur la truffe ne se lave pas mais s’essuie, ne se râpe pas mais se sert crue, en copeaux directement sur les plats, elle ne se congèle pas et ne se conserve pas à l’huile.

En Piémont, les truffes blanches valorisent et ennoblissent de nombreux plats typiques. On les mange crues, émincées en lamelles sur les mets les plus divers: sur le risotto, sur la fondue, sur les agnolotti, sur les tagliolini, sur le gibier, avec la salade (le plat préféré du roi Umberto primo) et avec la bagna caoda.

Bagna cauda

Un plat typique : une sauce à base d’ail, d’huile d’olive, de beurre, d’anchois et de plusieurs autres ingrédients, qui est une sorte de rite: les convives trempent dans la bagna cauda (maintenue chaude dans de petits récipients en terre cuite, placés sur des réchauds), les légumes régionaux frais et crus coupés en morceaux. (poivrons carrés et jaunes d’Asti, carottes, courgettes, céleris, chardons).

La meilleure : dans le sud du Pièmont,  zones autour d’Alessandria, Asti et Cuneo; vous pouvez choisir n’importe quelle Osteria qui la propose  ou tester nos bonnes adresses :

–  « A casa di Josephine » (AL),

–  « La vecchia posta » (Avolasca, AL),

–  « Osteria dell’Arco » (Alba)

– « La madernassa » (Guarene, CN),
Appeler avant pour réserver !!

Typique encore est la

salade de viande crue à l’albese

(filet de veau du Piémont assaisonné et mariné à l’huile et au citron).

Et encore le

Fritto MISTO ou Frit a la piemunteisa :

Comme son nom l’indique, c’ est une friture composée de diverses viandes et abats, légumes, semoule, fruits et pâtisseries panés dans l’œuf et dans la chapelure, ou plongés dans une pâte à frire.

Où le manger :

– Da Esterina a Baldissero Torinese

– Taverna di Frà Fiusch  : on mange bien mais c’est un peu cher : conseillé par Slow Food :

– Via Beria, 32 – Revigliasco, petit bourg historique, le restaurant se trouve dans une ferme de fin ‘800. frazione di Moncalieri (TO).

– la Bossola uniquement samedi et dimanche en zone de Biella

– a Netro au-dessus du sanctuaire de Graglia : excellents antipasti e fritto misto.

La charcuterie :

la plus typique : le salam ‘dla Duja, saucisse à base de viande de porc, conservée recouverte de saindoux,  dans des récipients en terre-cuite ou en verre,

le saucisson d’oie de Novara (avec lard de porc)

et le spalot (jambon de devant) de la région de Biella.

  • Salame di Cuneo.
  • Mortadelle de foie, appelé fidighin, accompagné de  purée et de vin Barbera.
  • Le Meiron’d Crave, chèvre mariné fumé.
  • La poule blanche du Piémont.
  • La tête dans la boîte, saucisse d’abats (tête, gorge, langue, graisse de porc).
  • Bresaola Ossola, fines tranches de viande de veau séchée et aromatisée avec des épices (poivre, cannelle, clous de girofle, le thym et le vin blanc), parfois faite avec de la viande de cheval.

Les viandes sont en général cuite en pot-au-feu ou en sauce (le bœuf Braisé au Barolo et le civet de lièvre, tous deux marinés au vin rouge, sont les recettes le plus répandues).

  • Bollito misto con bagnetto (Bujì cu bagnet: Sorte de pot au feux avec sauce rouge à la tomate et verte au persil);
  • Vitello Tonnato (délicieux veau froid recouvert d’une crème au thon)
  • La financière est un plat à base de viandes, champignons, petits pois, auxquels on ajoute du vin Barbaresco et de la cannelle

Curiosité : le nom « financière » dériverait du fait qu’il s’agissait du plat préféré des opérateurs de la Bourse et de la haute finance de Turin.

Gâteaux :

  • Tarte aux noisettes ;
  • Amaretti (Petits gâteaux doux-amers, souples, aux amandes) ;
  • Sambajon (Zabaglione: une crème faite de jaunes d’oeuf, de marsala ou autre liqueur, de sucre et cannelle, cuite au bain-marie, sans jamais toucher le point d’ébullition).
  • Les pralines, : cacao, sucre, beurre de cacao et noisettes du Piémont.
  • Les baci di dama (par exemple celles de Tortona).
  • Les gianduiotti à base de chocolat Gianduia
  • Le Nougat aux noisettes : Le torrone (touron) du Piémont
  • Fricieuj ëd pom (beignets aux pommes)
  • Le miel, produit dans toute la région.

Les desserts piémontais sont souvent à base de chocolat (c’est à Turin que fut inventé le beurre de cacao) comme le Bonet(« Bonnet »: sorte de crème / pudding au chocolat  et aux Amaretti ou le fameux chocolat Gianduia de Turin (noisettes et cacao).

Les biscuits sont également une tradition, comme

  • les biscuits de Savoie (Savoyardi)
  • les Krumiri, biscuits en forme de « V » à base de farines blanche et jaune, produits dans la zone de Casale Monferrato

Turin, la patrie…. De l’Esquimau

  • Saviez-vous que l’esquimau “enrobé” a été inventé à Turin en 1935 ?
    A’ l’époque il s’appelait Pinguino (Pingouin) parce qu’il n’était produit que dans le parfum crème-vanille enrobé de chocolat amer, il ressemblait donc à un pinguin.

Côté vins:

la région est surtout renommée pour ses rouges (2/3 de la production de vin du Piémont) : des cépages locaux fameux comme les :

  • Barolo (le Roi des Vins),
  • Barbaresco,
  • Barbera,
  • Nebbiolo,
  • Grignolino,
  • Dolcetto,
  • Carema
  • Freisa

Pour les blancs pétillants doux :

l’Asti Spumante (blanc, doux et mousseux) ou le Moscato d’Asti.

Les blancs secs : Roero d’Arneis, Erbaluce et Gavi.

Le Asti est  le plus  typique parmi les spumanti doux, et est considéré le Roi italien des toasts. Contrairement au Champagne, obtenu avec des raisins noirs, le Asti est produit avec des Muscats blanc ambrés.

L’histoire de ce vin blanc champagnisé remonte au 16ème siècle. 1ère expérience faite par Carlo Gancia à Canelli. Aujourd’hui il a mérité la reconnaissance A.O.C; les collines de Canelli ( zone de Asti) sont encore aujourd’hui le coeur de la production du raisin muscat de Asti.

Le secret du Asti Spumante réside dans le fait que ce vin conserve l’arôme du raisin, dont l’intensité est savamment équilibrée et la sensation de douceur est atténuée par une juste fraîcheur. L’un et l’autre sont soulignés par le faible degré d’alcool et par l’effet pétillant du vin.

Plus de la moitié de la production locale de spumante italien provient du Piemont et 80% est exportée dans le monde entier.

La région est fière de posséder les industries vinicoles les plus grandes d’Italie :

Martini & Rossi, Cinzano, Gancia, Barbero, Riccadonna, Bosca et biens d’autres.

Curiosité : Le célèbre vin de Monferrato a déposé sa demande d’inscription sur la Liste du patrimoine Mondial de l’Unesco.

Citons également les vins Bonarda et Brachetto D’Acqui (rouges et mousseux).

Et les Bières:

  • Menabrea : une des nombreuses bières artisanales
  • et « La farinèla », faite avec du riz

liqueurs & digestifs

Le Vermouth (Vin Aromatisé) est un apéritif  inventé à Turin en 1786 et connu dans le monde entier (le premier : produit par la société Carpano).

Composé de vin blanc (à l’origine, un vin de la colline turinoise) et d’extraits et d’infusions de près de 30 herbes aromatiques et d’épices, de racines (armoire, achillée, gentiane des Alpes, cannelle, quinquina calissaja, rhubarbre …).

A Turin essayez le

« Bicerin« 

(petit verre) : préparation secrète à base de café expresso et chocolat chaud, avec une goutte de lait, de la crème fouettée et du cacao (enrichi ou pas à l’eau de vie).

Elu boisson officielle du Piémont en 2001, cette délicieuse boisson être dégustée dans les cafés typiques de la vieille ville de Turin, dont le plus ancien est appelé justement Bicerin et remonte à 1763 ; vous le trouverez sur la Via della Consolata (où il y a également également l’une des plus belles églises de Turin qui s’appelle « la Consolata »)  et  à proximité du célèbre marché aux puces du balloon.


La cafétéria BICERIN est très typique et très petite (elle ne contient que 8 tables) et propose, en plus du Bicerin, des excellents chocolats chauds et du sabayon
(lait de poule).

ACHETER :

  • Produits de la gastronomie locale
  • Vins, truffes, saucisses sèches,
  • Grissini pour les snacks apéritifs,
  • Amaretti, Gianduiotti, Nougat aux noisettes, gâteaux, chocolat,
  • Bicérin (qu’on trouve en bouteille)
  • Quelques PRODUITS AOP  typiques :

Fromages:

  • Gorgonzola.
  • Grana Padano.
  • Taleggio.
  • Toma Piemontese.
  • Robiola.

puis

  • Fraise et pomme rouge de Cuneo.
  • Mortadelle de Bologne.
  • Salame Cremona.

D’autres produits agroalimentaires Piémontais reconnus par le Ministère des Politiques Agricoles, Alimentaires et Forestiers :

(liste de 2008)

N. Definizione
(dati ufficiali del Ministero delle Politiche Agricole, Alimentari e Forestali)
Cat. Settore Regione
1 Amaro alle erbe alpine delle montagne di Cesana P.A.T. Bevande analcoliche, distillati e liquori Piemonte
2 Arquebuse P.A.T. Bevande analcoliche, distillati e liquori Piemonte
3 Bicerin P.A.T. Bevande analcoliche, distillati e liquori Piemonte
4 Elisir del prete P.A.T. Bevande analcoliche, distillati e liquori Piemonte
5 Elisir d’erbe Barathier P.A.T. Bevande analcoliche, distillati e liquori Piemonte
6 Garus susino P.A.T. Bevande analcoliche, distillati e liquori Piemonte
7 Genepy P.A.T. Bevande analcoliche, distillati e liquori Piemonte
8 Genepy del Moncenisio o genepy des Alpes P.A.T. Bevande analcoliche, distillati e liquori Piemonte
9 Grappa con alambicco a bagnomaria piemontese P.A.T. Bevande analcoliche, distillati e liquori Piemonte
10 Liquore d’erba bianca P.A.T. Bevande analcoliche, distillati e liquori Piemonte
11 Liquore di genziana P.A.T. Bevande analcoliche, distillati e liquori Piemonte
12 Liquori di erbe alpine P.A.T. Bevande analcoliche, distillati e liquori Piemonte
13 Nocciolino di Chivasso P.A.T. Bevande analcoliche, distillati e liquori Piemonte
14 Olio essenziale di menta piperita Piemonte o pancalieri Piemonte P.A.T. Bevande analcoliche, distillati e liquori Piemonte
15 Ratafià P.A.T. Bevande analcoliche, distillati e liquori Piemonte
16 Rosolio P.A.T. Bevande analcoliche, distillati e liquori Piemonte
17 Vermut P.A.T. Bevande analcoliche, distillati e liquori Piemonte
18 Agnello biellese P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
19 Agnello sambucano P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
20 Bale d’aso P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
21 Batsuà P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
22 Bergna P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
23 Bisecon (bisecun) P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
24 Bovino piemontese P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
25 Bresaola della Val d’Ossola P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
26 Bue di Carrù P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
27 Bundiola (bondiola) P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
28 Cappone di monasterolo di Savigliano P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
29 Cappone di morozzo P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
30 Cappone di San Damiano d’Asti P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
31 Cappone di Vesime P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
32 Capretto della Val Vigezzo P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
33 Carn seca P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
34 Castrato biellese P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
35 Coniglio grigio di Carmagnola P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
36 Coppa cotta bieleisa P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
37 Filetto baciato di Ponzone o salame filetto baciato P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
38 Frisse (fresse) o grive P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
39 Gallina bianca di Saluzzo P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
40 Gallina bionda piemontese P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
41 Lardo P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
42 Lingua di bovino cotta P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
43 L’mlon P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
44 Lumache di Cherasco (lumache di pianura) P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
45 Lumache di montagna (chiocciole di Borgo San Dalmazzo) P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
46 Mica P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
47 Mocetta (del Canavese, valsesiana, ossolana) P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
48 Mortadella di fegato cotta (mortadella d’Orta) P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
49 Mortadella di fegato cruda (fidighin o fideghina) P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
50 Mortadella ossolana P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
51 Mustardela o mustardera P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
52 Paletta P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
53 Pancetta con cotenna P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
54 Preti (previ, quaiette) P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
55 Prosciutto cotto P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
56 Prosciutto crudo della Valle Gesso P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
57 Prosciutto crudo dell’alta Val Susa P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
58 Prosciutto crudo di Cuneo P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
59 Prosciutto montano della Val Vigezzo P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
60 Rane delle risaie piemontesi P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
61 Salame cotto P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
62 Salame Cuneo P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
63 Salame d’asino P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
64 Salame del cios P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
65 Salame di cavallo P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
66 Salame di cinghiale P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
67 Salame di giora P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
68 Salame di patate P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
69 Salame di testa o cupa P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
70 Salame di turgia P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
71 Salame d’la doja P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
72 Salame d’oca o con oca (graton d’oca) P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
73 Salame o salamino di capra o susiccia d’crava P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
74 Salamet o salametto casalingo P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
75 Salami aromatizzati del Piemonte P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
76 Salamino di vacca ò susiccia d’vacca P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
77 Salsiccia al formentino P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
78 Salsiccia di Bra P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
79 Salsiccia di cavolo o sautissa ‘d coi P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
80 Salsiccia di riso P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
81 Sanguinaccio con pane P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
82 Sanguinaccio con patate P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
83 Sanguinaccio con riso P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
84 Testa in cassetta P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
85 Trippa di Moncalieri (tripa d’Muncalè) P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
86 Violino di agnello P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
87 Violino di camoscio P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
88 Violino di capra P.A.T. Carni (e frattaglie) fresche e loro preparazione Piemonte
89 Bagna càuda P.A.T. Condimenti Piemonte
90 Bagnet ros (bagnet ‘d tomatiche) P.A.T. Condimenti Piemonte
91 Bagnet verd P.A.T. Condimenti Piemonte
92 Mostarda di mele P.A.T. Condimenti Piemonte
93 Mostarda d’uva o cognà P.A.T. Condimenti Piemonte
94 Beddo P.A.T. Formaggi Piemonte
95 Boves P.A.T. Formaggi Piemonte
96 Brus P.A.T. Formaggi Piemonte
97 Brus da latte P.A.T. Formaggi Piemonte
98 Caprino della Val Vigezzo P.A.T. Formaggi Piemonte
99 Caprino lattico piemontese P.A.T. Formaggi Piemonte
100 Caprino presamico piemontese P.A.T. Formaggi Piemonte
101 Caprino valsesiano P.A.T. Formaggi Piemonte
102 Cevrin di coazze P.A.T. Formaggi Piemonte
103 Formaggio a crosta rossa P.A.T. Formaggi Piemonte
104 Formaggio del fieno P.A.T. Formaggi Piemonte
105 Frachet P.A.T. Formaggi Piemonte
106 Gioda P.A.T. Formaggi Piemonte
107 Maccagno (macagn) P.A.T. Formaggi Piemonte
108 Mollana della Val Borbera P.A.T. Formaggi Piemonte
109 Montebore P.A.T. Formaggi Piemonte
110 Montegranero P.A.T. Formaggi Piemonte
111 Mortrett o murtret P.A.T. Formaggi Piemonte
112 Motta P.A.T. Formaggi Piemonte
113 Murianengo o Moncenisio P.A.T. Formaggi Piemonte
114 Murtarat P.A.T. Formaggi Piemonte
115 Nostrale d’alpe P.A.T. Formaggi Piemonte
116 ossolano P.A.T. Formaggi Piemonte
117 Ossolano d’alpe o Bettelmatt o grasso d’alpe P.A.T. Formaggi Piemonte
118 Paglierina P.A.T. Formaggi Piemonte
119 Robiola d’alba P.A.T. Formaggi Piemonte
120 Robiola di Bossolasco (tuma di Bossolasco) P.A.T. Formaggi Piemonte
121 Robiola di Cocconato P.A.T. Formaggi Piemonte
122 Salagnun P.A.T. Formaggi Piemonte
123 Salgnun o salignun P.A.T. Formaggi Piemonte
124 Sola (sora, soera) P.A.T. Formaggi Piemonte
125 Spress o spresitt P.A.T. Formaggi Piemonte
126 Testun P.A.T. Formaggi Piemonte
127 Toma ajgra P.A.T. Formaggi Piemonte
128 Toma biellese P.A.T. Formaggi Piemonte
129 Toma del lait brusc o formag lait brusc P.A.T. Formaggi Piemonte
130 Toma della Valsesia P.A.T. Formaggi Piemonte
131 Toma di capra (crava) P.A.T. Formaggi Piemonte
132 Toma di Celle P.A.T. Formaggi Piemonte
133 Toma di Elva o caso di Elva (casale de Elva, tumo de caso) P.A.T. Formaggi Piemonte
134 Toma di Lanzo P.A.T. Formaggi Piemonte
135 Tometto o tumet P.A.T. Formaggi Piemonte
136 Tomino (tuma) di Casalborgone P.A.T. Formaggi Piemonte
137 Tomino canavesano asciutto P.A.T. Formaggi Piemonte
138 Tomino canavesano fresco P.A.T. Formaggi Piemonte
139 Tomino del bot P.A.T. Formaggi Piemonte
140 Tomino delle valli saluzzesi P.A.T. Formaggi Piemonte
141 Tomino di Melle (toumin del Mel) P.A.T. Formaggi Piemonte
142 Tomino di Rivalta P.A.T. Formaggi Piemonte
143 Tomino di San Giacomo di Boves P.A.T. Formaggi Piemonte
144 Tomino di Saronsella (chivassotto) P.A.T. Formaggi Piemonte
145 Tomino di Sordevolo P.A.T. Formaggi Piemonte
146 Tomino di Talucco P.A.T. Formaggi Piemonte
147 Tuma ‘d trausela P.A.T. Formaggi Piemonte
148 Vaciarin P.A.T. Formaggi Piemonte
149 Burro di montagna P.A.T. Grassi (burro, margarina, oli) Piemonte
150 Actinidia di Cuneo P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
151 Aglio di Molino dei Torti P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
152 Ajucche P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
153 Albicocca tonda di Costigliole P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
154 Amarena di Trofarello P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
155 Asparago di Borgo d’Ale P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
156 Asparago di Poirino P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
157 Asparago di Santena P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
158 Asparago di Valmacca P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
159 Asparago saraceno di Vinchio P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
160 Bietola rossa di Castellazzo Bormida P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
161 Cardo avorio di Isola d’Asti P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
162 Cardo bianco avorio di Andezeno P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
163 Cardo gobbo di Nizza Monferrato P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
164 Carota di San Rocco Castagnaretta P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
165 Castagne della Val Borbera P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
166 Castagne delle valli di Lanzo P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
167 Cavolfiore di Moncalieri P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
168 Cavolo verza di Montalto Dora P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
169 Cavolo verza di Settimo Torinese P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
170 Cece di Merella P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
171 Cicoria pan di zucchero casalese P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
172 Ciliegia bella di Garbagna P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
173 Ciliegia precoce di Rivarone P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
174 Ciliegie di Pecetto P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
175 Cipolla bionda astigiana P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
176 Cipolla dorata di Castelnuovo Scrivia P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
177 Cipolla rossa astigiana P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
178 Cipolla rossa di Castelnuovo Scrivia P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
179 Cipolle di Andezeno P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
180 Cipolline di Ivrea P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
181 Erbe officinali della Valle Grana P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
182 Fagiolana della Val Borbera P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
183 Fagioli di Cuneo P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
184 Fagiolo di Saluggia P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
185 Farina per polenta tradizionale di Langa P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
186 Farine alimentari della valle vermenagna P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
187 Fragola di Tortona P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
188 Fragole delle valli cuneesi P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
189 Fragole di San Raffaele Cimena P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
190 Fragolina di San Mauro Torinese P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
191 Funghi della Valle Bronda (Pagno) P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
192 Funghi di Giaveno P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
193 Funghi di Sanfront P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
194 Grano saraceno P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
195 Insalatina di Castagneto Po P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
196 Lattughino di Moncalieri P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
197 Marrone della Val Pellice P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
198 Marroni della Valle di Susa P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
199 Mela carla della Val Borbera P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
200 Mela di San Marzano Oliveto P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
201 Mela golden di Cuneo P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
202 Mela renetta grigia di Torriana P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
203 Melanzana violetta casalese P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
204 Mele autoctone del Biellese P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
205 Mele del Monferrato P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
206 Mele della Val Curone P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
207 Mele della Val Sangone P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
208 Mele della Valle Bronda P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
209 Mele della Valle di Susa P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
210 Mele della Valle Grana P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
211 Mele della Valsesia P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
212 Mele della Valsessera P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
213 Mele delle valli di Lanzo P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
214 Mele di Cavour – varietà locali P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
215 Mele rosse delle valli cuneesi P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
216 Meloni di Isola Sant’Antonio P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
217 Patata quarantina bianca genovese P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
218 Patate dell’alta valle Belbo P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
219 Patate di Castelnuovo Scrivia P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
220 Patate di montagna di Cesana P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
221 Patate di San Raffaele Cimena P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
222 Peperone di Capriglio P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
223 Peperone di Cuneo P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
224 Peperone quadrato d’Asti P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
225 Peperoni di Carmagnola P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
226 Pera madernassa cuneese (d’Alba e della Valle Grana) P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
227 Pere delle valli di Lanzo P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
228 Pere tradizionali cuneesi adatte alla cottura P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
229 Pesche del cuneese P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
230 Pesche di Baldissero P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
231 Pesche di Borgo d’Ale P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
232 Pesche di Canale – varietà locali P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
233 Pesche di Volpedo P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
234 Piccoli frutti della provincia di Torino P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
235 Piccoli frutti delle valli cuneesi P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
236 Pisello di Casalborgone P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
237 Pomodoro costoluto di Cambiano P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
238 Pomodoro costoluto di Chivasso P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
239 Pomodoro piatta di Bernezzo P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
240 Porro di Cervere P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
241 Porro dolce lungo di Carmagnola P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
242 Ramassin (susino damaschino) del Saluzzese P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
243 Ravanello lungo o tabasso P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
244 Risi tradizionali della valle del Po P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
245 Riso Sant’Andrea Piemonte P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
246 Scorzobianca o barbabuc P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
247 Scorzonera di Castellazzo Bormida P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
248 Sedani di Alluvioni Cambiò P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
249 Sedano dorato astigiano P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
250 Susina Santa Clara del Saluzzese P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
251 Susine della collina torinese P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
252 Tartufo bianco (tuber magnatum pico) P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
253 Trifulot del bür P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
254 Uva fragola di Borgo d’Ale P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
255 Zucca di Castellazzo Bormida P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
256 Zucchini di Borgo d’Ale P.A.T. Prodotti vegetali allo stato naturale o trasformati Piemonte
257 Acsenti P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
258 Agnolotti P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
259 Amaretti P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
260 Antico dolce della cattedrale P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
261 Asianot P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
262 Baci di Cherasco P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
263 Baci di dama di Tortona P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
264 Bambin ‘d succar P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
265 bicciolani P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
266 Biova P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
267 Biscotti della salute P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
268 Biscotti Giolitti P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
269 Biscottini di Novara P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
270 Biscotto della duchessa P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
271 Bonet P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
272 Brottie P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
273 Brut e bon P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
274 Campagnola buschese P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
275 Canestrelli P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
276 Canestrelli biellesi P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
277 Canestrelli novesi P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
278 Caramelle classiche dure P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
279 Castagnaccio P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
280 Ciciu d’capdan P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
281 Cioccolatino alpino P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
282 Cioccolatino cremino P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
283 Cioccolatino grappino P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
284 Coppette di Sant’Antonio (copeta) P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
285 Coppi di Langa P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
286 Crasanzin o crescianzin P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
287 Crocanti del ciavarin P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
288 Farinata di ceci P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
289 Fiaca’ P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
290 Finocchini P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
291 Focaccia di Susa P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
292 Focaccia novese P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
293 Fugascina di Mergozzo P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
294 Fugassa d’la Befana P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
295 Gianduiotto P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
296 Grissino rubatà P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
297 Grissino stirato P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
298 Krumiri P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
299 Krussli P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
300 La duchesse P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
301 Lingua di suocera P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
302 Lose golose P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
303 Mantovane di Cossato P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
304 Margheritine di Stresa P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
305 Marron glacé di Cuneo P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
306 Miacce P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
307 Miasse o miasce P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
308 Miche di Cuneo P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
309 Mustaccioli P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
310 Nocciolini di Chivasso P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
311 Ossa da mordere P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
312 Pan barbarià P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
313 Pan della marchesa P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
314 Pan dolce di Cannobio P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
315 Pan d’Oropa P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
316 Pan robi P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
317 Pane di Chianocco P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
318 Pane di mais di Novara P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
319 Pane di riso di Novara P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
320 Pane di San Gaudenzio P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
321 Pane di segale P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
322 Pane dolce di meliga e mele P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
323 Pane nero di Coimo P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
324 Panettone basso glassato alle nocciole P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
325 Panna cotta P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
326 Paste di meliga P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
327 Pasticceria mignon della tradizione torinese P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
328 Pastiglie di zucchero della tradizione torinese P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
329 Plin P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
330 Polenta astigiana P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
331 Polenta dolce biellese P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
332 Praline al rhum P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
333 Praline cri cri P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
334 Quaquare di Genola P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
335 Rabaton P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
336 Rustica P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
337 Sangiorgini di Piossasco P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
338 Stinchett o runditt o amiasc P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
339 Tajarin P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
340 Tigrini P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
341 Tirà P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
342 Tirulen P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
343 Torcetti P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
344 Torrone di nocciole P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
345 Torta ‘d ravisce P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
346 Torta del buscajet P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
347 Torta del Palio P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
348 Torta di Arignano P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
349 Torta di castagne P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
350 Torta di nocciole P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
351 Torta di pane P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
352 Torta matsafam P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
353 Torta palpiton P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
354 Tupunin P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
355 Violette candite P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
356 Zest di Carignano P.A.T. Paste fresche e prodotti della panetteria, della biscotteria, della pasticceria e della confetteria Piemonte
357 Lampré (lampreda) P.A.T. Preparazioni di pesci, molluschi e crostacei e tecniche particolari di allevamento degli stessi Piemonte
358 Prodotti ittici in carpione P.A.T. Preparazioni di pesci, molluschi e crostacei e tecniche particolari di allevamento degli stessi Piemonte
359 Trota salmonata affumicata P.A.T. Preparazioni di pesci, molluschi e crostacei e tecniche particolari di allevamento degli stessi Piemonte
360 Brus da ricotta P.A.T. Prodotti di origine animale (miele, prodotti lattiero caseari di vario tipo escluso il burro) Piemonte
361 Mascarpa (mascherpa) P.A.T. Prodotti di origine animale (miele, prodotti lattiero caseari di vario tipo escluso il burro) Piemonte
362 Mieli del Piemonte P.A.T. Prodotti di origine animale (miele, prodotti lattiero caseari di vario tipo escluso il burro) Piemonte
363 Seirass (sairass) di latte P.A.T. Prodotti di origine animale (miele, prodotti lattiero caseari di vario tipo escluso il burro) Piemonte
364 Seirass del fen P.A.T. Prodotti di origine animale (miele, prodotti lattiero caseari di vario tipo escluso il burro) Piemonte
365 Seirass di siero di pecora P.A.T. Prodotti di origine animale (miele, prodotti lattiero caseari di vario tipo escluso il burro) Piemonte
366 Seirass stagionato P.A.T. Prodotti di origine animale (miele, prodotti lattiero caseari di vario tipo escluso il burro) Piemonte
Cet article est le contenu d’une conférence privée animée en l’honneur du Rotary Club 1670 http://sites.google.com/site/rotarytgouest/  lors d’une soirée spécialement organisée par le groupe Agape (Auchan) dans son restaurant « Il Risto » de Lille.

E Nata una nuova pizza! Une nouvelle pizza est née!!

E’ appena nata in Italia una nuova pizza : la Pizza « Altopiano », a base di formaggio Asiago e di Speck, con semplice aggiunta di podorini pachino ed olio d’oliva extra-vergine.

Una nuova delizia tutta italiana!!!

Vient de voir le jour en Italie une nouvelle pizza : la pizza « Altopiano », à base de fromage Asiago et de Speck (sorte de viande de grisons italienne), avec le simple ajout de tomates cerise type « pachino » et d’huile d’olive vierge extra.

Un nouveau délice italien!!!

Ici l’article : http://www.asiagocheese.it/index.php/it/news/show/27?utm_source=google&utm_medium=cpc&utm_content=ricette%2Bdi%2Bpizza&utm_campaign=natale%2B2010

Fiche technique: Il Caffé / le café (made in Italy)

Avant tout, en Italie, le café est synonyme d’expresso.

Lorsque vous commandez un café au bar on vous servira, généralement, un café ristretto (serré), c’est-à-dire préparé avec très peu d’eau. Si vous le désirez légèrement plus long, demandez plutôt un caffé lungo ou alto.

Vous pouvez également demander un caffé corretto, c’est-à-dire un café auquel on aura ajouté de la liqueur (grappa, brandy ou autre, au choix).

Le caffé macchiato est, lui, un expresso auquel on aura ajouté un peu de lait (macchia=tâche) froid ou chaud, selon les goûts.

Et si vous voulez faire un café italien à la maison vous aurez besoin de la MOKA, la cafetière que toutes les familles italiennes possèdent.

MOKA Bialetti

La MOKA s’utilise sur la flamme de la cuisinière au gaz, ou sur des plaques électriques.

Mode d’emploi :

Dévisser la cafetière, extraire le filtre (sorte de petit entonnoir en inox) et remplir la partie inférieure de l’appareil d’eau -si possible en évitant celle, trop dure, du robinet-. Attention! L’eau doit couvrir la valve de sécurité visible sur un côté de l’appareil.

Remettre en place le filtre et le remplir, bombé,  de café fraîchement moulu; plus on tasse le café, plus celui-ci sera corsé.

Revisser l’appareil et le placer sur le feu; allumer et attendre environ 3-4 min. Si on utilise une cuisine au gaz, attention à ce que la flamme ne soit pas plus large que le fond de la MOKA car  la poignée en plastique de l’appareil brûlerait!!!

Eteindre le feu dès que le café est complètement sorti (la MOKA siffle); si on a utilisé une plaque électrique, on retire l’appareil de suite car la plaque, même éteinte, continue à chauffer ce qui ferait bouillir et brûler votre café.

Mélanger le café avec une petite cuillère (car il est plus concentré au fond) et le verser immédiatement dans les toutes petites tasses prévues à cet effet -celles que nous utilisons généralement en France sont beaucoup trop grandes pour ce type de café-.

Servez avec du sucre en poudre, plus adapté que celui en morceaux.

Conseils :

Lors de la première utilisation, remplir la machine avec de l’eau uniquement, faire bouillir puis jeter l’eau et préparer un café léger. Jeter également ce premier café, la MOKA est maintenant prête à vous offrir un café savoureux et aromatique.

Afin de préserver le parfum et le goût du café, l’appareil doit être lavé uniquement avec de l’eau chaude, sans adjonction de détergents.

Vous aimez le café aromatique mais léger : utilisez de l’Arabica, parfumé mais pauvre en caféine; si vous l’aimez corsé choisissez plutôt du Robusta.

La MOKA existe en plusieurs modèles et tailles (1, 2, 6 ou 12 tasses), aussi il est préférable de choisir celle qui correspond le plus à vos besoins afin d’éviter les gaspillages.

Comment reconnaître un bon café
On obtient le maximum des qualités aromatiques  en utilisant un café moulu juste avant utilisation. Un excellent café se reconnaît déjà à l’aspect et au parfum: la crème doit être brune et présenter des stries, le corps dense et la saveur persistante sont sa carte d’identité. Si vous le prenez au « bar »,  observez le sucre (rigoureusement en poudre) que vous venez de verser dans votre café: celui-ci devra descendre lentement dans la tasse, et la crème devra se recomposer après que vous ayez mélangé pour faire fondre le sucre. Un autre facteur très important est, évidemment, la température du café servi, puisque la chaleur permet une plus grande concentration des substances aromatiques, différentes selon les mélanges utilisés (cela explique pourquoi les Napolitains, depuis des siècles grands connaisseurs de café,  exigent que celui-ci leur soit servi bouillant et dans une tasse préalablement chauffée). En bouche enfin, avec l’association des sensations olfactives avec celles du palais sera possible  distinguer un bon café d’un produit de qualité médiocre, grâce à la richesse et au « caractère » de son goût.

Le Risotto (fiche technique)

Si vous pensez que le risotto est du simple riz cuit, vous avez tout faux! Le Risotto est un plat à part entière et il existe de nombreuses variété de risotto selon les ingrédients qui le composent. La méthode de préparation du risotto reste cependant la même pour tous: le riz est cuit dans du bouillon de viande, qu’on ajoute au fur et à mesure de son évaporation jusqu’à la fin de la cuisson.

Pour préparer un délicieux Risotto selon la méthode traditionnelle italienne il faut d’abord faire blondir le riz dans de l’huile d’olive (extra-vierge, c’est bien meilleur!), puis verser progressivement du bouillon, en le rajoutant une louche à la fois lorsque la précédente s’est complètement évaporée. Il faut continuer ainsi jusqu’à ce que le riz soit cuit (environ 20 minutes). Pendant la cuisson on ajoute, par étape, les autres ingrédients qui composent la recette de votre choix.

En suivant cette méthode  de cuisson on arrive à l’obtention d’un risotto fondant à l’extérieur et al dente à cœur. En fin de cuisson on ajoute traditionnellement du beurre et du parmesan, que vous pouvez éliminer pour alléger votre recette.

Une recette basique, à enrichir selon votre inspiration et le contenu de votre frigo, consiste faire blondir 2 oignons dans de l’huile, y ajouter en pluie 400 gr de riz,  tout en remuant avec une cuillère en bois jusqu’à ce que les grains deviennent translucides. Mouiller avec un verre de vin blanc sec et laisser évaporer. Vous aurez préparé à part un litre de bouillon de légumes que vous ajouterez au riz, une louche à la fois, en laissant évaporer entre chaque ajout. Au bout d’environ 20 minutes (il faut goûter) retirer le risotto du feu, y incorporer du beurre en morceaux et 60 gr de parmesan râpé. Bien mélanger, répartir le risotto dans des assiettes préalablement chauffées, décorer de copeaux de parmesan et donner un tour de moulin à poivre avant de servir.

Et il n’y  a pas de limites à la fantaisie : comme pour les pâtes, le riz se prête à de multiples réalisations salées (viandes, charcuteries, légumes, fromages….) et sucrées (aux fraises par exemple, ou comme celui sur la photo qui est aux pommes…)

(Merci à ma sœurette, titulaire du blog Ipasticcidiluna, pour la photo!)

Astuce: Vous pouvez réutiliser les restes de risotto pour préparer de délicieux gratins en y ajoutant des sauces, du fromage avant de passer au grill. Ou encore, former des boulettes de riz, les passer dans de l’oeuf battu puis dans de la chapelure et les faire frire: un délice qui ravira petits et grands!

Le lasagne

Utilisez ce mot toujours au pluriel. Les lasagnes sont de larges bandes de pâte (fraîche ou sèche) aux oeufs; elles s’utilisent en « millefeuilles », en les alternant par couches avec de la sauce rouge ou blanche, des légumes et du fromage. Elles se cuisinent au four et se dégustent en général en (bonne) compagnie :-)!

Lasagne alle verdure / aux légumes

le ROMPICOLLO ou une autre façon d’aborder le chocolat

Une tablette de Rompicollo

Le « Rompicollo » (casse-cou) est une innovation dans le rayon « tablettes de chocolat »;  inventée par 2 designers italiens -sans doute un peu maso ou sortant d’une séance Weight Watchers-  elle nous indique, carré par carré, le nombre exact de calories que l’on ingurgite.

Source : Yahoo!

(Pour aller encore plus loin je proposerais bien une innovation à l’innovation: pourquoi ne pas lister, sur l’emballage de la tablette, les activités physiques qu’il faut pratiquer (et en quelle quantité ) pour brûler les calories que l’on vient d’avaler?) 😉

Fiche technique : Grissini (Gressins)

Appelés Grissini en Italie, leur pays d’origine, ce sont des petits bâtonnets  croustillants et légers, pas plus larges d’un stylo, constitués de pâte à pain additionnée d’huile d’olive; ils peuvent être aromatisés aux herbes (romarin…), aux graines (pavot, sésame…) et sont servis en général en antipasti (amuse-bouche) entourés avec du jambon de Parme finement tranché.

Grissini

Un peu d’histoire :

Véritable institution en Italie, cette création culinaire aurait été inventée à Turin en 1679, pour sauver Victor Amédée II, futur roi de la maison de Savoie. Enfant, il avait une santé fragile et souffrait de maux de ventre provoqués par le pain mal cuit et mal conditionné, fréquent à cette époque là… Le médecin de famille, Baldo Pecchio de Lanzo de Torinesi, afin de le guérir demanda à un boulanger, Antonio Brunero de préparer un pain très mince et bien cuit, mieux encore « biscuit » (cuit deux fois) afin de détruire- grâce à une parfaite cuisson-, tout micro-organisme présent dans la pâte.
Le résultat fut un produit impeccable du point de vue de l’hygiène et sans bactéries: le  grissino Torinese était né !